Overdoses !

Je suis en overdose.

En overdose de la soudaine et angélique Charliephilie ambiante jusque dans l’absurde et même l’écoeurant. 7 millions d’exemplaires vendus, on croit rêver. La moitié de la planète déclare crânement  « Je suis Charlie », sans jamais en avoir feuilleté un seul numéro. L’occident chrétien (plus quelques rares adeptes) se mobilise en un seul bloc (enfin, à peu près…) pour la condamnation de la terreur intégriste (ça, ça va), pour la liberté de pensée, la liberté de parole (là ça grippe un peu ici et là). La plupart des pays n’osent pas pour autant montrer les caricatures en cause, on est solidaires mais pas téméraires et puis le blasphème c’est pas net. Je propose donc aux plus enthousiastes de la défense de la liberté d’expression de bomber le torse et de passer sans fléchir en phase 2, c’est à dire de porter maintenant des t-shirts : « CHARLIE IS A SISSY, I AM SALMAN RUSHDIE ! »

En overdose du lamento plaintif entonné par le milliard et demi de musulmans qui se déclarent personnellement douloureusement blessés, humiliés, offensés, outragés par l’ignominie de quelques caricatures qui, que, etc. publiées dans un canard satirique français tirant à  45 000 ex. (avant qu’on tente de l’exterminer) et qu’il fallait donc vraiment chercher avant de pouvoir s’offusquer au Niger ou ailleurs. Alors que les massacres continuels qui déchirent les musulmans entre eux ne provoquent que bien peu de vagues de désespoir et de consternation.  C’est hallucinant et terrifiant. Quelques caricatures du prophète, à priori réservées à un public d’amateurs avertis, provoquent dix sept morts en France et ce n’est pas fini, mais c’est surtout l’onde l’humiliation (mais pourquoi diable se sentir humilié?) provoquée et ressentie par d’honnêtes musulmans (modérés ?) que nous sommes invités à comprendre et déplorer et pour laquelle nous devrions peut-être même demander pardon.

En overdose de l’amalgame celui-là bien réel et volontairement entretenu entre religion et politique. Messieurs les religieux de tous les cultes (Mesdames ?) sortez la religion de la politique et inversement. On pourra régler les problèmes politiques et les problèmes sociaux par la politique et par le social. La religion  ne fait qu’envenimer les choses et ne résoudra rien. La solution sera laïque car il n’y a pas d’autre option. La situation dégradée des banlieues et des cités est assez douloureuse comme ça, sans qu’on l’arrose de religion et de conflit israélo-palestinien. Comme l’a si bien déclaré un intellectuel palestinien : « Nous souffrons d’être instrumentalisés. Nous recevons beaucoup trop de soutien de tout un tas de gens auxquels nous n’avons jamais rien demandé. »

En overdose du discours ambiant manipulateur et culpabilisant accusant la France entière ou presque d’amalgame entre terrorisme et Islam et s’alarmant de la montée toujours grandissante de l’islamophobie. Moi j’ai vu des millions de gens dans les rues qui ne demandaient qu’à vivre ensemble. Qui étaient assez lucides et fraternels pour définir leur « Je suis Charlie » en ajoutant : Je suis juif, je suis policier ou je suis Ahmed. Cela ne m’a pas semblé vraiment une attitude d’incitation à la xénophobie. D’un autre côté, il faut bien comprendre que nous ne lâcherons rien sur la laïcité, c’est du non négociable, c’est dans notre ADN depuis 1789.

Puisqu’on me soupçonne à priori de manquer de respect et surtout d’affection pour l’Islam, j’en profite pour dire que de mon côté  je commence à en avoir plein le dos des signes de mépris et de francophobie nauséabonds que propagent nombre (certains, plusieurs, trop, beaucoup mais certainement pas tous…) de mes concitoyens dans leur propre pays.

Mes chers concitoyens français de confession musulmane, il me semble que le premier moyen de lutter contre l’islamophobie, c’est de mettre de l’ordre vous mêmes dans vos communautés, chassez de vos rangs les propagateurs de haine, témoignez de votre confiance dans la laïcité et de votre engagement résolu et sincère pour la France. Pour restaurer l’entente, il faudra que chacun y mette du sien. Rien ne descendra du ciel. Quand à ceux qui attendent pour être heureux le grand soir ou la France sera enfin une province du Grand Califat, qu’ils s’arment…. de patience.

En overdose de l’emploi à tort et à travers dans les médias des expressions  » les Juifs français », « les Musulmans français », qui encouragent les communautarismes. Je ne connais que des Français de confession juive ou musulmane ou autre, ou mieux encore, des français sans confession.

En overdose de la démagogie révoltante du cynique Benyamin Netanyahu qui ose encore et encore pousser les français de confession juive à déserter, à abandonner leurs concitoyens et leur propre pays, à rompre la solidarité nationale, à trahir la république, à fuir honteusement devant la menace terroriste comme des lâches, alors qu’il joue les caïds inflexibles en Israël, où ils seraient tout aussi vulnérables, et déclare à qui veut l’entendre que personne jamais ne cèdera un pouce face à la menace terroriste etc… Offensant et ignominieux. Sans même parler de la politique expansionniste que mène Israël.  A vrai dire si les islamistes fanatiques n’ont rien à voir avec l’Islam comme quelques uns veulent bien le dire, à mes yeux Netanyahu et ses alliés ultra-orthodoxes n’ont strictement rien à voir avec le judaïsme.

Addendum 18/01

Et ma colère contre Netanyahu n’est pas redescendue. Faut-il lui rappeler qu’à Yad Vashem, il n’a qu’à chercher sur un plan, ce n’est pas loin de son bureau, il trouvera la liste des 3 560 Justes français identifiés, grâce auxquels et à de nombreux anonymes, près des 3/4 des Juifs résidant en France en 1939 purent échapper aux camps. Pour mémoire, en septembre 1939, la France comptait environ 300 000 Juifs se répartissant ainsi : 110 000 Français depuis plusieurs générations, 70 000 naturalisés Français et 120 000 étrangers et apatrides.  A ceux-ci s’ajoutèrent en mai 1940 près de 40 000 réfugiés Juifs de Belgique, des Pays-Bas et du Luxembourg qui avaient fui sous le choc de l’invasion allemande ; sans oublier les Juifs allemands, expulsés d’Allemagne en France par les Nazis après l’Armistice de 1940, dont par exemple 6 538 Juifs du Pays de Bade, du Palatinat et de Sarre ; nombre d’entre eux furent internés au Camp de Gurs. 75 721 Juifs furent déportés et 2 560 revinrent des camps.

A mes yeux, cela ne fait pas de la France le pays le plus antisémite ni le plus xénophobe du monde.

Share

Auteur : L'homme à la cloche

"La question que les temps veules posent est bien: qu'est-ce qui résiste? Qu'est-ce qui résiste au marché, aux médias, à la peur, au cynisme, à la bêtise, à l'indignité?" Serge Daney

2 pensées sur “Overdoses !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires protégés par WP-SpamShield Anti-Spam