Les répus.

Phase un : Nous entendrons les journalistes résister à l’arnaque et courageusement dire ou écrire : « Le président de Les Républicains…. lors du congrès de Les Républicains…. les députés de Les Républicains… dans le point 4 du programme de Les Républicains. Etc. Mais il faudra également dire : Le parti de Les Républicains obtient 42% d’opinions favorables chez les barbus de l’Ariège…  Le parti  de Les Républicains se réunira en université d’été à Antibes… On veillera encore ici et là, quelque temps, à écrire Les Républicains avec deux majuscules. Cela durera trois jours.

Phase deux : A partir du quatrième jour, la lassitude et la capitulation l’emporteront. On se résignera une fois pour toutes à utiliser la formule abusive les républicains tout court parce que l’alternative est trop gonflante. Le président des républicains, le congrès des républicains, le programme des républicains… Les républicains déclarent, désignent, s’opposent…etc.  Le résistible hold-up d’un des beaux mots de la langue française, planifié et annoncé au vu et au su de tous par le chef de bande de Les Républicains tout court, sera hélas un vrai succès.

Phase trois : Le caïd de Les Républicains  ne compte pas s’arrêter à ce braquage linguistique. Non seulement sa droite il la veut décomplexée,  mais ses républicains il les veut comme Depardieu dans les Valseuses : « décontracté du gland » et « Comme de toute façon ça va se terminer à l’horizontale, j’vous propose qu’on y aille tout de suite ». Classieux comme disait le grand Serge. Bref sans perdre de temps, Les « Républicains » (4 syllabes) vont devenir les « répus ». On avait déjà les « cocos », les « fachos » et les « socialos », désormais on aura « les répus ».

Les répus lutinant gentiment la République.
Les répus lutinant gentiment la République.

P.S. Selon Wikileaks, un congrès extraordinaire de Le Parti Socialiste pourrait annoncer la naissance en phase un de Les Démocrates. En phase trois, ils deviendraient rapidement les « démos » ce qui est incomparablement plus mieux que les « socialos » pour sonner du  cor et rassembler les « bobos » en 2017.

– Alors, t’es répu ou t’es démo ?

Share

Auteur : L'homme à la cloche

"La question que les temps veules posent est bien: qu'est-ce qui résiste? Qu'est-ce qui résiste au marché, aux médias, à la peur, au cynisme, à la bêtise, à l'indignité?" Serge Daney

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires protégés par WP-SpamShield Anti-Spam