Il vaut mieux avoir l’oeuf aujourd’hui que la poule demain. Proverbe grec antique.

wahlen2

Relevé et porté à notre attention par le Tsadik de Tanger.

Edmond About

La Grèce contemporaine

1854
(Édition de 1858)

Chapitre VII
LES FINANCES.

 

  • Observations générales sur la situation financière de la Grèce.
  • La Grèce vit en pleine banqueroute depuis sa naissance.
  • Les impôts sont payés en nature.
  • Les contribuables ne payent point l’État, qui ne paye point ses créanciers.
  • Budget d’exercice et budget de gestion.
  • Les ressources du pays ne se sont pas accrues en vingt années.
Le régime financier de la Grèce est tellement extraordinaire et ressemble si peu au nôtre, que je
crois nécessaire, avant d’entrer dans les détails du budget, de placer ici quelques observations
générales.

La Grèce est le seul exemple connu d’un pays vivant en pleine banqueroute depuis le jour de sa naissance. Si la France et l’Angleterre se trouvait seulement une année dans cette situation, on verrait des catastrophes terribles : la Grèce a vécu plus de vingt ans en paix avec la banqueroute.

Tous les budgets, depuis le premier jusqu’au dernier, sont en déficit.

Lorsque, dans un pays civilisé, le budget des recettes ne suffit pas à couvrir le budget des dépenses, on y pourvoit au moyen d’un emprunt fait à l’intérieur. C’est un moyen que le gouvernement grec n’a jamais tenté, et qu’il aurait tenté sans succès.

Il a fallu que les puissances protectrices de la Grèce garantissent sa solvabilité pour qu’elle négociât un emprunt à l’extérieur.

Les ressources fournies par cet emprunt ont été gaspillées par le gouvernement sans aucun fruit pour le pays ; et, une fois l’argent dépensé, il a fallu que les garants, par pure bienveillance, en servissent les intérêts : la Grèce ne pouvait point les payer.

Aujourd’hui, elle renonce à l’espérance de s’acquitter jamais. Dans le cas où les trois puissances protectrices continueraient indéfiniment à payer pour elle, la Grèce ne s’en trouverait pas beaucoup mieux. Ses dépenses ne seraient pas encore couvertes par ses ressources.

(…)

La Grèce est le seul pays civilisé où les impôts soient payés en nature. L’argent est si rare dans les campagnes qu’il a fallu descendre à ce mode de perception. Le gouvernement a essayé d’abord d’affermer l’impôt ; mais les fermiers, après s’être témérairement engagés, manquaient à leurs engagements, et l’État, qui est sans force, n’avait aucun moyen de les contraindre.

Depuis que l’État s’est chargé lui-même de percevoir l’impôt, les frais de perception sont plus considérables, et les revenus sont à peine augmentés. Les contribuables font ce que faisaient les fermiers : ils ne payent pas.

Les riches propriétaires, qui sont en même temps des personnages influents, trouvent moyen de frustrer l’État, soit en achetant, soit en intimidant les employés. Les employés, mal payés, sans avenir assuré, sûrs d’être destitués au premier changement de ministère, ne prennent point, comme chez nous, les intérêts de l’État. Ils ne songent qu’à se faire des amis, à ménager les puissances et à gagner de l’argent.

Quant aux petits propriétaires, qui doivent payer pour les grands, ils sont protégés contre les saisies, soit par un ami puissant, soit par leur propre misère.

La loi n’est jamais, en Grèce, cette personne intraitable que nous connaissons. Les employés écoutent les contribuables. Lorsqu’on se tutoie et qu’on s’appelle frères, on trouve toujours moyen de s’entendre. Tous les Grecs se connaissent beaucoup et s’aiment un peu : ils ne connaissent guère cet être abstrait qu’on appelle l’État, et ils ne l’aiment point. Enfin, le percepteur est prudent : il sait qu’il ne faut exaspérer personne, qu’il a de mauvais passages à traverser pour retourner chez lui, et qu’un accident est bientôt arrivé.

Les contribuables nomades, les bergers, les bûcherons, les charbonniers, les pêcheurs, se font un plaisir et presque un point d’honneur de ne point payer d’impôt. Ces braves gens se souviennent qu’ils ont été Pallicares : ils pensent, comme du temps des Turcs, que leur ennemi c’est leur maître, et que le plus beau droit de l’homme est de garder son argent.

LA SUITE ICI

Share

Auteur : L'homme à la cloche

"La question que les temps veules posent est bien: qu'est-ce qui résiste? Qu'est-ce qui résiste au marché, aux médias, à la peur, au cynisme, à la bêtise, à l'indignité?" Serge Daney

1 pensée sur “Il vaut mieux avoir l’oeuf aujourd’hui que la poule demain. Proverbe grec antique.”

  1. A nuancer un poil peut-être ?
    http://www.slate.fr/story/104047/grece-edmond-about-impots-payes-nature
    Je songeais, par exemple … et si l’église grecque dont la fortune est surtout foncière se mettait à vendre, pour payer ses impôts, ses terrains à l’église orthodoxe russe … avec on ne sait qui derrière. Gag ? peut-être pas si sûr …
    Je n’ai aucun intérêt en Grèce, ni sympathie profonde, mais tout le monde vit aujourd’hui à crédit sauf peut-être le Japon (mais mes renseignements datent peut – être un peu) dont la dette est détenue …presque en totalité par les japonais. Et les paradis fiscaux dont plusieurs nous sont proches géographiquement qui accueillent sans doute sans trop de scrupules l’argent héllène, entre autres….
    On déraille tous complètement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires protégés par WP-SpamShield Anti-Spam