« Elle m’énerve parce qu’elle crie quand je la frappe. Elle fait ça pour que les voisins l’entendent »

man beating womanLu dans La Provence.

Aix en Provence :  (…) Cet homme de 36 ans doit répondre de violences conjugales, avec une ITT (interruption totale de travail) de trois jours, commises entre le 24 et le 25 juin derniers et de violences régulières sans ITT, depuis 2013.

(…) Représentant l’accusation, le procureur Olivier Poulet rappelle ces « violences au long cours, répétées ces derniers jours », jusqu’à ce que la jeune femme décide de porter plainte. Il requiert une peine de cinq mois d’emprisonnement dont trois avec sursis et mise à l’épreuve, comportant une obligation de soins. Il demande aussi de maintenir en détention cet homme défendu par Me Claire Matheossian. Celle-ci revient, en défense, sur un « couple dysfonctionnel » qui n’aura pas réussi à créer une union.

Si c’est un échec du couple qui n’a « pas réussi à créer une union », alors moi je vous le dis, c’est forcément aussi un peu de la faute à la nana si elle se fait cogner dessus. C’est pourtant clair : si la fille elle fait pas d’effort pour mettre du liant dans l’union, c’est du garanti, ça va frotter quoi !

« Mon client est un primodélinquant qui vient de subir le choc de la garde à vue et de la détention provisoire (…) il vient prendre condamnation », rappelle-t-elle, regrettant des réquisitions, selon elle, virulentes.

C’est vrai ça, souvent quand ils réquisitionnent, au lieu d’être calmes, compréhensifs et humains, les juges ils oublient le choc que ça a été pour le prévenu de se retrouver brusquement prévenu. Ils virulent trop facilement, même pour des petites choses de la vie, des disputes de rien du tout, qui seront oubliées dés le lendemain.

« Je regrette tellement, tellement », assurera le prévenu, avant que le tribunal n’aille délibérer.

Il regrette beaucoup, beaucoup, il l’a lui-même même répété deux fois. On voit bien que c’est pas la brute épaisse que l’on voudrait nous faire croire. Peut-être que constatant une fois de plus le manque de liant dans l’union, il a eu le mauvais geste, le soir, fatigué, en rentrant du boulot. Il faut aussi comprendre l’homme.

Les juges le condamneront à la peine de six mois de prison avec sursis.

Justice  est faite. Y en a que ça choque la « clémence » des juges, mais d’un autre côté, je voudrais les y voir : si l’on envoie le macho frappeur en prison et que très contrarié il nous ressort vite fait radicalisé en jihadiste décapiteur, c’est pas génial non plus.

Share

Auteur : L'homme à la cloche

"La question que les temps veules posent est bien: qu'est-ce qui résiste? Qu'est-ce qui résiste au marché, aux médias, à la peur, au cynisme, à la bêtise, à l'indignité?" Serge Daney

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blocage des indésirables par WP-SpamShield