CANDIDATE ISSUE DE LA SOCIÉTÉ CIVILE, ORIGINE CERTIFIÉE ET GARANTIE.

Floralie Desmirel-Convenu, 35 ans, est native de la société civile.

Floralie est née dans le quartier bourgeois de Beauregard. Après des études de lettres dans un lycée privé de la ville, elle poursuit sa formation dans une grande école de commerce dont elle sort avec un mastère. Floralie intègre alors une entreprise française leader dans la distribution de spiritueux. Rapidement, elle gravit quelques échelons, mais alors qu’elle est assistante de chef de produit elle rencontre son mari publicitaire. Révélation, elle décide après avoir donné naissance à leur premier enfant (Emma) de changer l’orientation de sa carrière et s’essaie à la publicité en tant que rédactrice free-lance. La gloire et le lucre sont rarement promis aux créatifs free-lance, aussi lorsque grâce à son relationnel familial elle a la possibilité d’intégrer une entreprise locale dynamique de prêt-à-porter à la mode pour s’occuper de la communication, elle n’hésite pas et accepte le poste. Dix huit mois plus tard elle donne naissance à Raphaël.

Dans le petit monde dynamique de Floralie on s’enthousiasme assez vite pour Emmanuel Macron et peu avant les présidentielles, avec quelques ami(e)s, elle franchit le pas de l’engagement et rejoint le mouvement En Marche. Macron est élu président, c’est l’euphorie. De  réunion en réunion, elle se pique au jeu, prend de l’assurance, elle met en avant ses qualités relationnelles et de communicante, sa connaissance du monde de l’entreprise, et se sentant soutenue par son entourage, elle tente un truc vraiment fou – elle n’y croit qu’à moitié mais tout de même, elle pose sa candidature  à la commission pour devenir candidate L.R.E.M. aux législatives.

Oh stupeur, oh tremblements, parmi 34 candidats, ça marche, elle est retenue ! La voilà désormais officiellement investie candidate L.R.E.M.  dans ma circonscription. Fierté de sa mère, joie des enfants, respect des voisins, applaudissements de tous les copains.

Affiche officielle , regard franc, sourire engageant avec la présence rassurante du président photoshoppé en arrière plan. Déclaration stéréotypée de la candidate au dos d’un tract distribué ici et là. Un Renault Kangoo blanc couvert d’affiches stationne dans les différents quartiers, près des marchés, dans les centres commerciaux etc. Interviews légers, mais avec photo dans les médias locaux. Mur Facebook rapidement monté. On soutient, on like, mais tout cela reste raisonnable.

15 candidats se disputent la circonscription : 3 sont des chevaux de retour (L.R., P.S., F.N.),   les 12 autres dont 4 trotsko-bolchévistes et 2 socio-écologistes, sont des inconnus complets tout comme elle. Mais très clairement, dans la lumière dorée des soirs de l’été approchant, surfant sur la vague du renouveau, portée par la houle de l’unanimité populaire, poussée par le vent de l’histoire, elle a plus qu’une bonne chance de devenir ma députée.

Oui, mais voilà : Ai-je vraiment envie de voter Floralie Desmirel-Convenu ?

Parce qu’elle vient de la société civile ?

Dois-je voter F.D.C. parce que c’est une femme ?

Parce qu’elle n’a aucune expérience politique ?

Parce qu’elle est près du peuple ?

Parce qu’elle sera une bonne représentante de la circonscription ?

Ou tout simplement parce qu’elle a été désignée par le comité de sélection de L.R.E.M ? Après l’âge des députés « godillots » est-ce désormais l’heure des députés en Converse ?

Député d’hier.
Député d’aujourd’hui.

L’argument du  « y a pas à tortiller, il faut donner une majorité au président, peu importe qui sont les députés, ils se formeront sur le tas » ne me satisfait pas beaucoup. Et si je vous dis que  cette soudaine nouvelle « qualité » de député, ce nouveau label tant attendu et vanté de : « Candidat issu de la société civile » comme on dit « Garanti sans OGM » ou « Élevé en plein air« , ne m’emballe pas plus que ça ?

Que finalement, je ne vois là aucun talent particulier, aucune conviction, aucune vocation, aucune implication, aucune  légitimité ou vertu remarquables. Je ne vois que du grand banal, quelqu’un qui suit simplement la tendance porteuse du moment et cela ne me suffit pas pour glisser avec conviction un bulletin à son nom dans l’urne.

Je suis comme beaucoup d’électeurs favorable à l’idée de renouvellement et de rajeunissement de l’effectif, je suis pour soutenir le président et lui donner les moyens de mener les réformes contenues dans son projet. Mais face au bulletin de vote « Floralie DESMIREL-CONVENU. Candidate La République en Marche »,  je ressens soudain comme un vide, un grand blanc. Mais d’où lui vient ce soudain enthousiasme pour la politique et la députation, elle qui ne « vient » pas du monde associatif, par exemple ?

Share

Auteur : L'homme à la cloche

"La question que les temps veules posent est bien: qu'est-ce qui résiste? Qu'est-ce qui résiste au marché, aux médias, à la peur, au cynisme, à la bêtise, à l'indignité?" Serge Daney

3 pensées sur “CANDIDATE ISSUE DE LA SOCIÉTÉ CIVILE, ORIGINE CERTIFIÉE ET GARANTIE.”

  1. La candidate LREM chez moi a un profil assez voisin de Floralie. C’est une conseil en communication, jeune, sans attache aucune avec Levallois qu’elle ne connait pas. Son équipe a un peu tracté dans mon coin mais sans plus. Elle arrive largement en tête dans ma circonscription (presque 42%). Le candidat soutenu par Balkany (qui a préféré conserver son mandat de maire … de toutes façons c’était un député très absent) est dans les choux. Au deuxième tour, j’ai le choix entre cette parfaite inconnue et un candidat UDI (la gauche est pratiquement invisible à Levallois), assez actif dans l’opposition municipale mais qui, vu son score, au premier tour n’a, à mon avis, aucune chance, d’autant moins que Balkany qui le déteste a appelé à voter pour la candidate LREM et l’électorat levalloisien qui demeure très balkanisé s’exécutera (à quelques exceptions dont je suis :-). Aucune idée du député que fera cette jeune femme. Je suis très perplexe, comme toi. Une seule (presque) certitude, elle pourra difficilement faire moins que son prédécesseur bardé de casseroles, de mises en examen … et toujours là. Je ne sais pas si on arrivera un jour à s’en débarasser par les urnes. Son clientélisme sur la ville est efficace et rares sont les élections où il a dû se plier à un second tour. La ville est une des sinon la ville la plus endettée de France. Mais on ne va pas s’arrêter à ces petites choses.

  2. INCIVILS ITE
    la messe edith (dit-on)
    pais ton cresson
    taille ton crayon
    dessine moi un vélo .

    proverbage boulgourichien

  3. Bien sûr, vu comme ça, ça se tient. Mais ça reste, comme d’hab, une question sans réponse. Ton bulletin immaculé va donc reprendre du service. Ici, comme chez toi, j’imagine, les godillots se rebiffent et tentent la ruse ultime avec des affiches estampillées « majorité Présidentielle »ou encore plus finaud, une photo avec Macron pour ceux qui ont réussi à en faire pendant la campagne. Tout est bon pour décrocher ce satané siège qui assurera leur pitance pour cinq ans encore. Si ça rate, c’est popol-emploi avec un CV de zompolitik raté garantissant la case « longue durée »… La canditate LREM de ma circonscription, Véronique Hammerer est assistante sociale, conseillère municipale d’un petit bled du coin, et a beaucoup travaillé avec le monde associatif, pilotant des projets culturels de réinsertion et d’aide aux migrants. Elle dirige toujours le CICAS du coin (Centre Inter-Communal d’Action Sociale) et fait une campagne impeccable…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires protégés par WP-SpamShield Anti-Spam