Bouvard et Pécuchet journalistes.

capture-decran-2016-11-18-a-09-22-14

“Le pouvoir du journaliste ne se fonde pas sur le droit de poser une question, mais sur celui d’exiger une réponse.” Milan Kundera.

Le dernier débat (?) de la primaire de la Droite et du Centre a touché le niveau zéro du journalisme politique. Pire : le Zuiderzee du journalisme.  Peut-être pour la seule fois de ma vie, je suis d’accord avec Nicolas Sarkozy : Pujadas est indigne de sa carte de presse et n’a pas sa place sur le service public. Idem pour le comportement ironique et méprisant d’Elkabbach face à Bruno Lemaire.

Un minimum de respect messieurs, tout de même. Si vous n’êtes pas là pour servir la semoule, vous n’êtes pas non plus des courageux dompteurs dans la cage aux fauves. Assez de cirque ! Messieurs vous êtes des outres vides gonflées de votre propre suffisance, vous êtes la honte de votre profession. Tristes sires, triste pitres. Je ne vois aucune différence entre David Pujadas, Jean Pierre Elkabbach , Thierry Ardisson, Laurent Ruquier, Cyril Hanouna, Jean-Marc Morandini, etc.  « D’abord, ils lèchent, ensuite ils lâchent, enfin ils lynchent » (Anonyme à propos des, de la plupart des, de certains  journalistes).

Share

Auteur : L'homme à la cloche

"La question que les temps veules posent est bien: qu'est-ce qui résiste? Qu'est-ce qui résiste au marché, aux médias, à la peur, au cynisme, à la bêtise, à l'indignité?" Serge Daney

3 pensées sur “Bouvard et Pécuchet journalistes.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires protégés par WP-SpamShield Anti-Spam