Black Strobe (Arnaud Rebotini)- Folsom Prison Blues.


Godforsaken-roads-black-strobe-wisesound8,90 € sur itunes store….
– Vous connaissez Black Strobe mademoiselle ?  Ok, peut-être que c’est de l’électro blues,  je ne dis pas le contraire, mais y a du rock dedans. De l’électro blues comme vous dites, du comme ça, oui, je dis oui. Et même j’opine du chef. Y a du volume thoracique et du poil sous les cordes de la guitare. Pardonnez-moi l’expression , mais ce gars-là il a  la couille du blues mademoiselle.
On sent le charbon du barbecue, l’os cramé, le persillé fondant dans le t-bone, le jus du haricot rouge, le feu du chili. C’est du bon, du bon, du bonnard. Du poisseux,  épais, du qui nourrit l’homme et qui ment pas. Du comme on aime quand on boit de la bière alsacienne tiède au tonneau après 23h. C’est pas du Mickey-Minnie-Chéri-chéri, c’est pas de la pop anglaise, ça colle aux dents du fond. Chez Black Strobe, ça craint pas. Arnaud reprend carrément le Folsom Prison blues de Monsieur Johnny Cash. C’est pas n’importe qui Johnny Cash, mademoiselle.  Votre père en a ? C’est un homme de goût. En plus un truc comme « For those who came thru the devil’s asshole » c’est pas tout de le penser, faut encore le chanter. Vous par exemple, vous ne chanteriez pas ça mademoiselle, même avec vos tatouages…. En plus, par les temps qu’ils nous font courir, BLACK STROBE c’est made in Nancy,100% français. Alors forcément ça compte aussi…
Monsieur Arnaud Rebotoni je lui en claque cinq et j’enlève mon béret pour le saluer quand il passe. Pour rester au Nord de la Loire, cela m’évoque un peu le genre Littlle Bob d’autrefois, mais en plus electroclash, et plus 2014, si vous voyez ce que je… Non ? Je vois que vous ne voyez pas.  Vous êtes toute mignonne toute déchirée dans vos loques noires, comme ça en jeunesse gothique la tête dans vos textos sur votre gros iPhone – ah bon,  d’accord c’est le dernier Samsung S 5 , mais je vous soûle peut-être. C’est ça hein ? Je retourne au bar, je vous ramène quelque chose ? Non, non, je ne veux pas du tout être lourd, c’est juste l’effet « Swamp fever »….

Ce qu’en disent les Z1rocks.

Share

Auteur : L'homme à la cloche

"La question que les temps veules posent est bien: qu'est-ce qui résiste? Qu'est-ce qui résiste au marché, aux médias, à la peur, au cynisme, à la bêtise, à l'indignité?" Serge Daney

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blocage des indésirables par WP-SpamShield