Avec TrackMeNot obfusquez-vous !

1424977234534

Retour à la vieille ruse de l’obfuscation ou comment leurrer les robots pisteurs de Google, Yahoo, etc. qui vous traquent et vous surveillent au travers de vos recherches. Voir le topo sur Rue 89. Le module TrackMeNot pour Firefox et Chrome est ici ou se télécharge depuis le menu Outils puis Modules complémentaires

 

Share

ENTRE LE MONDE ET MOI

une-colere-noire

Je ne sais pas si ce livre est « bien » traduit car je l’ai lu dans sa version originale.

Coates-COVER.jpg.CROP.original-original

« Between the world and me » (titre tiré d’un terrible poème  – voir plus bas –  de l’écrivain afro-américain Richard Wright 1908-1960)  a été transformé en français pour des raisons marketing aussi évidentes que crues en  « Une colère noire » ce qui est certainement plus accrocheur, mais un contre-sens  grossièrement réducteur car l’auteur exprime d’autres choses bien plus précieuses et intéressantes que de l’indignation (impuissante) ou de la (vaine) colère.

Ce bref livre qui est une longue lettre adressée à son fils de 15 ans, Ta Nehisi Coates le consacre à exprimer « Comment vivre dans un corps noir, dans un pays perdu dans le Rêve ». Au fil des pages on sera incités à imaginer si ce n’est ressentir  ce que sont la peur physique et la vulnérabilité de tous les corps noirs en Amérique, ce qu’est vraiment le Rêve, ce que véhiculent ou pire commettent ceux qui se croient blancs.

Face à cela, la lutte est permanente, perdure de génération en génération, tu n’auras pas d’autre choix que ne jamais baisser la garde, previent le père. Il appartient à ceux qui se croient blancs de résoudre leur problème qu’ils appellent le Rêve, car c’est bien le Rêve, le problème qui écrase le monde.

Il y a plus de 40 ans le Black Panther Party affirmait déjà : « Il n’y a pas de « problème noir », ni de « question noire » aux USA, il n’y a qu’un problème blanc. »   Et force est de constater en gardant les yeux ouverts sur l’interminable liste des meurtres et violences physiques, psychiques et sociales infligées aux afro-américains, que rien ou si peu n’a changé.

Toutefois Coates parle plus justement aujourd’hui de « ceux qui se croient blancs » pour désigner les responsables. Car il suffirait de cesser de se croire blanc ou d’attacher une quelconque importance à cette couleur de peau, pour ne plus nourrir le Rêve destructeur.

On trouvera dans le livre beaucoup de noms de personnes ou de lieux propres à la culture afro-américaine qui sont sans doute peu familiers à la plupart des lecteurs français ; je suppose que le traducteur fournit les notes explicatives nécessaires, mais même si cela n’était pas le cas, peu importe, le souffle du livre emportera tout de même le lecteur.

« Une colère noire » est donc tout sauf un livre de colère, c’est le témoignage d’un homme sincère et généreux,  le récit sans fioritures d’une expérience de vie noire, celle de la génération de l’auteur né en 1975, avec ses peurs, ses tâtonnements, ses découvertes, ses émotions, ses enthousiasmes et ses frustrations irrépressibles. C’est surtout une formidable lettre d’amour écrite à un fils, mais c’est une lettre ouverte en situation d’urgence, une lettre publique adressée à tous ceux qui voudront bien la lire car ils se sentiront, au delà de toutes les réductions identitaires, humainement concernés.

 

Between the World and Me

by Richard Wright

 And one morning while in the woods I stumbled

 suddenly upon the thing,

Stumbled upon it in a grassy clearing guarded by scaly

oaks and elms

And the sooty details of the scene rose, thrusting

themselves between the world and me.

There was a design of white bones slumbering forgottenly

upon a cushion of ashes.

There was a charred stump of a sapling pointing a blunt

finger accusingly at the sky.

There were torn tree limbs, tiny veins of burnt leaves, and

a scorched coil of greasy hemp;

A vacant shoe, an empty tie, a ripped shirt, a lonely hat,

and a pair of trousers stiff with black blood.

And upon the trampled grass were buttons, dead matches,

butt-ends of cigars and cigarettes, peanut shells, a

drained gin-flask, and a whore’s lipstick;

Scattered traces of tar, restless arrays of feathers, and the

lingering smell of gasoline.

And through the morning air the sun poured yellow

surprise into the eye sockets of the stony skull….

And while I stood my mind was frozen within cold pity

for the life that was gone.

The ground gripped my feet and my heart was circled by

 icy walls of fear–

The sun died in the sky; a night wind muttered in the

 grass and fumbled the leaves in the trees; the woods

 poured forth the hungry yelping of hounds; the

 darkness screamed with thirsty voices; and the witnesses rose and lived:

The dry bones stirred, rattled, lifted, melting themselves

 into my bones.

The grey ashes formed flesh firm and black, entering into

 my flesh.

The gin-flask passed from mouth to mouth, cigars and

cigarettes glowed, the whore smeared lipstick red

 upon her lips,

And a thousand faces swirled around me, clamoring that

 my life be burned….

And then they had me, stripped me, battering my teeth

into my throat till I swallowed my own blood.

My voice was drowned in the roar of their voices, and my

black wet body slipped and rolled in their hands as

they bound me to the sapling.

And my skin clung to the bubbling hot tar, falling from

 me in limp patches.

And the down and quills of the white feathers sank into

my raw flesh, and I moaned in my agony.

Then my blood was cooled mercifully, cooled by a

 baptism of gasoline.

And in a blaze of red I leaped to the sky as pain rose like water, boiling my limbs

Panting, begging I clutched childlike, clutched to the hot

sides of death.

Now I am dry bones and my face a stony skull staring in

yellow surprise at the sun….

 

Share

THE ASSASSIN

Parfois on peut faire preuve d’un enthousiasme un peu excessif pour un film, et retropédaler un peu le lendemain matin pour équilibrer un peu les choses, cela m’est déjà arrivé. En ce qui concerne The Assassin de Hou Hsiao Hsien, je n’ai pas été jusqu’à faire sauter le couvercle de ma théière comme Olivier Père dans sa critique pour Arte, mais pas loin. Je pense tout comme lui que c’est une des plus belles mises en scène et un des plus beau travail sur l’image vus au cinéma depuis des années. Je suis totalement d’accord avec Olivier Père pour dire que ce film est « à part » et qu’il fera date, mais j’ai simplement bu un verre d’eau avant d’exprimer mon immense plaisir et ma reconnaissante admiration devant une oeuvre pareille.

Share

LES FRANCAIS-ES ET LES REPRESENTATIONS SUR LE VIOL ET LES VIOLENCES SEXUELLES.

A LIRE. Enquête réalisée par l’institut IPSOS et l’association Mémoire Traumatique et Victimologie via Internet, du 25 novembre au 2 décembre 2015, auprès de 1001 personnes constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Il y a du mieux, mais il reste du boulot et malheureusement ce ne sont pas les jeunes les plus avancés sur ce sujet. Exemple :

1 Français-e sur 4 considère encore  «que dans le domaine sexuel, les femmes ne sauraient pas vraiment ce qu’elle veulent par rapport aux hommes».

1 Français-e sur 5 (19%) considère que «lorsque l’on essaye d’avoir une relation sexuelle avec elles, beaucoup de femmes disent “non” mais ça veut dire “oui” »,

1 répondant-e sur 5 estime que «lors d’une relation sexuelle, les femmes peuvent prendre du plaisir à êtres forcées» (21%), cette conception est particulièrement bien représentée chez les 18-24 ans qui sont près d’un tiers (31%) à le penser.

65% des Francais-e-s estiment que le nombre de viols ayant lieu chaque année en France ne dépasse pas le seuil des 50 000 et 24% d’entre eux pensent même qu’il n’y en a qu’entre 1 000 et 10 000 par an.

Ces chiffres invoqués se situent donc largement en deça de la moyenne observée sur les cinq dernières années et faisant état de 98 000 viols ou tentatives de viol, dont 84 000 sur des femmes et 14 000 sur des hommes. Et encore, ces statistiques sont très loin de refléter la réalité du nombre de viols en France puisqu’ils ne concernent que les 18-75 ans en ménage ordinaire résidant en France métropolitaine. Ils ne tiennent donc pas compte des viols et tentatives de viol sur des mineur-e-s ou des personnes de plus de 75 ans — en y ajoutant les mineur-e-s qui sont les premières victimes de violences sexuelles et que l’on estime à 124 000 filles et 30 000 garçons victimes de viols ou de tentatives de viol chaque année, on arrive au chiffre de 252 000.

Share

La Ferrari à 32 000 000 €

1957Ferrari335S1957-ferrari-315-335-s-scaglietti-spyer-collection-bardinon-2-artcurialphotographechristianmartin 1957-ferrari-315-335-s-scaglietti-spyer-collection-bardinon-4-artcurialphotographechristianmartin

La  Ferrari 335 S Scaglietti 1957 de la collection de Pierre Bardinon a été adjugée après 10 minutes d’enchères par Maître Hervé Poulain le 5 février pour la somme de 32 075 200 €   ($ 35,711,359 US) ce qui en fait la voiture la plus chère jamais vendue aux enchères.

The car left the workshops at the start of 1957, fitted with a striking Scaglietti body, a design born of the requirements of a powerful racing car. In March of that year it was entered by Scuderia Ferrari for the Sebring 12 Hours, driven by Peter Collins and Maurice Trintignant, and finished sixth. However, the Italians were really waiting for the Mille Miglia in May, when the best teams and the most experienced drivers would go head to head over 1 600 km of roads, without any break. Ferrari lined up four cars including chassis 0674 that was given to Wolfgang von Trips, who finished second behind the Piero Taruffi’s Ferrari. For the 24 Heures du Mans, the car was given to Mike Hawthorn and Luigi Musso. Hawthorn took the lead in front of the Maserati and Jaguars and set the first lap record in the history of the Le Mans 24 Hours of over 200 km/h (203.015 km/h average speed) but unfortunately the car retired in the fifth hour with mechanical problems. On 24 February of that year, with Masten Gregory and Stirling Moss at the wheel, the car won the Cuba Grand Prix. During the 1958 season, it participated successfully in various American races driven by Gaston Andrey and Lance Reventlow (creator of the famous Scarab), before being sold to Robert N. Dusek in 1960, an architect living in Pennsylvania. Following this American adventure, the car was brought to France in 1970. The American architect sold it to Pierre Bardinon, the astute collector who over the years assembled some fifty factory Ferrari comprising the most successful and iconic models in the history of the marque. Based near Aubusson, his collection is considered to be one of the most important, in terms of Ferrari. Kept as part Pierre Bardinon’s private collection for over 40 years, the car has been used and maintained regularly and is presented in excellent condition.

Share