« BLACK LIVES MATTER » OR « ALL LIVES MATTER » ?

GeekAesthete explains :

Imagine that you’re sitting down to dinner with your family, and while everyone else gets a serving of the meal, you don’t get any. So you say “I should get my fair share.” And as a direct response to this, your dad corrects you, saying, “everyone should get their fair share.” Now, that’s a wonderful sentiment — indeed, everyone should, and that was kinda your point in the first place: that you should be a part of everyone, and you should get your fair share also. However, dad’s smart-ass comment just dismissed you and didn’t solve the problem that you still haven’t gotten any!

The problem is that the statement “I should get my fair share” had an implicit “too” at the end: “I should get my fair share, too, just like everyone else.” But your dad’s response treated your statement as though you meant “only I should get my fair share”, which clearly was not your intention. As a result, his statement that “everyone should get their fair share,” while true, only served to ignore the problem you were trying to point out.

That’s the situation of the “black lives matter” movement. Culture, laws, the arts, religion, and everyone else repeatedly suggest that all lives should matter. Clearly, that message already abounds in our society.

The problem is that, in practice, the world doesn’t work that way. You see the film Nightcrawler? You know the part where Renee Russo tells Jake Gyllenhal that she doesn’t want footage of a black or latino person dying, she wants news stories about affluent white people being killed? That’s not made up out of whole cloth — there is a news bias toward stories that the majority of the audience (who are white) can identify with. So when a young black man gets killed (prior to the recent police shootings), it’s generally not considered “news”, while a middle-aged white woman being killed is treated as news. And to a large degree, that is accurate — young black men are killed in significantly disproportionate numbers, which is why we don’t treat it as anything new. But the result is that, societally, we don’t pay as much attention to certain people’s deaths as we do to others. So, currently, we don’t treat all lives as though they matter equally.

Just like asking dad for your fair share, the phrase “black lives matter” also has an implicit “too” at the end: it’s saying that black lives should also matter. But responding to this by saying “all lives matter” is willfully going back to ignoring the problem. It’s a way of dismissing the statement by falsely suggesting that it means “only black lives matter,” when that is obviously not the case. And so saying “all lives matter” as a direct response to “black lives matter” is essentially saying that we should just go back to ignoring the problem.

Share

Autonomous Weapons : an Open Letter from AI & Robotics Researchers

Comme Stephen Hawking, comme Elon Musk patron de Tesla, comme Steve Wozniak, et 1 000 autres signataires, je demande l’interdiction des robots tueurs.

predator-drone-missile-ap-photo

Autonomous weapons select and engage targets without human intervention. They might include, for example, armed quadcopters that can search for and eliminate people meeting certain pre-defined criteria, but do not include cruise missiles or remotely piloted drones for which humans make all targeting decisions. Artificial Intelligence (AI) technology has reached a point where the deployment of such systems is — practically if not legally — feasible within years, not decades, and the stakes are high: autonomous weapons have been described as the third revolution in warfare, after gunpowder and nuclear arms.

Many arguments have been made for and against autonomous weapons, for example that replacing human soldiers by machines is good by reducing casualties for the owner but bad by thereby lowering the threshold for going to battle. The key question for humanity today is whether to start a global AI arms race or to prevent it from starting. If any major military power pushes ahead with AI weapon development, a global arms race is virtually inevitable, and the endpoint of this technological trajectory is obvious: autonomous weapons will become the Kalashnikovs of tomorrow. Unlike nuclear weapons, they require no costly or hard-to-obtain raw materials, so they will become ubiquitous and cheap for all significant military powers to mass-produce. It will only be a matter of time until they appear on the black market and in the hands of terrorists, dictators wishing to better control their populace, warlords wishing to perpetrate ethnic cleansing, etc. Autonomous weapons are ideal for tasks such as assassinations, destabilizing nations, subduing populations and selectively killing a particular ethnic group. We therefore believe that a military AI arms race would not be beneficial for humanity. There are many ways in which AI can make battlefields safer for humans, especially civilians, without creating new tools for killing people.

Just as most chemists and biologists have no interest in building chemical or biological weapons, most AI researchers have no interest in building AI weapons — and do not want others to tarnish their field by doing so, potentially creating a major public backlash against AI that curtails its future societal benefits. Indeed, chemists and biologists have broadly supported international agreements that have successfully prohibited chemical and biological weapons, just as most physicists supported the treaties banning space-based nuclear weapons and blinding laser weapons.

In summary, we believe that AI has great potential to benefit humanity in many ways, and that the goal of the field should be to do so. Starting a military AI arms race is a bad idea, and should be prevented by a ban on offensive autonomous weapons beyond meaningful human control.

List of signatories

Share

Il vaut mieux avoir l’oeuf aujourd’hui que la poule demain. Proverbe grec antique.

wahlen2

Relevé et porté à notre attention par le Tsadik de Tanger.

Edmond About

La Grèce contemporaine

1854
(Édition de 1858)

Chapitre VII
LES FINANCES.

 

  • Observations générales sur la situation financière de la Grèce.
  • La Grèce vit en pleine banqueroute depuis sa naissance.
  • Les impôts sont payés en nature.
  • Les contribuables ne payent point l’État, qui ne paye point ses créanciers.
  • Budget d’exercice et budget de gestion.
  • Les ressources du pays ne se sont pas accrues en vingt années.
Le régime financier de la Grèce est tellement extraordinaire et ressemble si peu au nôtre, que je
crois nécessaire, avant d’entrer dans les détails du budget, de placer ici quelques observations
générales.

La Grèce est le seul exemple connu d’un pays vivant en pleine banqueroute depuis le jour de sa naissance. Si la France et l’Angleterre se trouvait seulement une année dans cette situation, on verrait des catastrophes terribles : la Grèce a vécu plus de vingt ans en paix avec la banqueroute.

Tous les budgets, depuis le premier jusqu’au dernier, sont en déficit.

Lorsque, dans un pays civilisé, le budget des recettes ne suffit pas à couvrir le budget des dépenses, on y pourvoit au moyen d’un emprunt fait à l’intérieur. C’est un moyen que le gouvernement grec n’a jamais tenté, et qu’il aurait tenté sans succès.

Il a fallu que les puissances protectrices de la Grèce garantissent sa solvabilité pour qu’elle négociât un emprunt à l’extérieur.

Les ressources fournies par cet emprunt ont été gaspillées par le gouvernement sans aucun fruit pour le pays ; et, une fois l’argent dépensé, il a fallu que les garants, par pure bienveillance, en servissent les intérêts : la Grèce ne pouvait point les payer.

Aujourd’hui, elle renonce à l’espérance de s’acquitter jamais. Dans le cas où les trois puissances protectrices continueraient indéfiniment à payer pour elle, la Grèce ne s’en trouverait pas beaucoup mieux. Ses dépenses ne seraient pas encore couvertes par ses ressources.

(…)

La Grèce est le seul pays civilisé où les impôts soient payés en nature. L’argent est si rare dans les campagnes qu’il a fallu descendre à ce mode de perception. Le gouvernement a essayé d’abord d’affermer l’impôt ; mais les fermiers, après s’être témérairement engagés, manquaient à leurs engagements, et l’État, qui est sans force, n’avait aucun moyen de les contraindre.

Depuis que l’État s’est chargé lui-même de percevoir l’impôt, les frais de perception sont plus considérables, et les revenus sont à peine augmentés. Les contribuables font ce que faisaient les fermiers : ils ne payent pas.

Les riches propriétaires, qui sont en même temps des personnages influents, trouvent moyen de frustrer l’État, soit en achetant, soit en intimidant les employés. Les employés, mal payés, sans avenir assuré, sûrs d’être destitués au premier changement de ministère, ne prennent point, comme chez nous, les intérêts de l’État. Ils ne songent qu’à se faire des amis, à ménager les puissances et à gagner de l’argent.

Quant aux petits propriétaires, qui doivent payer pour les grands, ils sont protégés contre les saisies, soit par un ami puissant, soit par leur propre misère.

La loi n’est jamais, en Grèce, cette personne intraitable que nous connaissons. Les employés écoutent les contribuables. Lorsqu’on se tutoie et qu’on s’appelle frères, on trouve toujours moyen de s’entendre. Tous les Grecs se connaissent beaucoup et s’aiment un peu : ils ne connaissent guère cet être abstrait qu’on appelle l’État, et ils ne l’aiment point. Enfin, le percepteur est prudent : il sait qu’il ne faut exaspérer personne, qu’il a de mauvais passages à traverser pour retourner chez lui, et qu’un accident est bientôt arrivé.

Les contribuables nomades, les bergers, les bûcherons, les charbonniers, les pêcheurs, se font un plaisir et presque un point d’honneur de ne point payer d’impôt. Ces braves gens se souviennent qu’ils ont été Pallicares : ils pensent, comme du temps des Turcs, que leur ennemi c’est leur maître, et que le plus beau droit de l’homme est de garder son argent.

LA SUITE ICI

Share

Monaco en fête : Pierre Casiraghi et Beatrice Borromeo se marient ce samedi.

pierre-casiraghi-et-beatrice-borromeo-les-maries-de-lete_12

Un papier comme j’en lis peu, mais celui-ci mérite le temps passé à en savourer chaque ligne.

Le compte-rendu de mariage princier est un genre littéraire qui se perd, hélas. Cela exige une certaine aisance dans les pleins et les déliés, un rythme enlevé proche de la valse viennoise, une palette d’adjectifs toute en nuances et des connaissances approfondies sur les us et coutumes des ces grands oiseaux merveilleux qui ne sortent de leur réserve protégée qu’en de trop rares occasions pour apparaître aux yeux du grand public ébloui.

C’est beaucoup demander et il ne reste plus qu’une petite poignée de journalistes spécialisés de la presse écrite encore capables de nous restituer avec brio ces feux d’artifices pour alimenter nos rêves d’enfants. Ce n’est pas à la portée du premier venu. Cela n’a rien à voir avec les indignations faciles de Marianne, les petits éditos de Libé ou les révélations sulfureuses de Médiapart.

Isola Bella
La cérémonie religieuse aura lieu à Isola Bella, le palais de la famille Borromeo sur le lac Majeur, le 1er août. Elle sera précédée d’un bal, la veille.

Heureusement, faute de famille royale, il nous reste Monaco comme piste d’entraînement nationale. Car il y a « people » et « people ». Rédiger un papier sur le mariage  de Pierre Casiraghi et Béatrice Borromeo, c’est tout de même autre chose que de commenter les escapades en scooter et la vie sentimentale du gauche du président de la république libéral-social, la vie sexuelle turgescente des rappeurs et footballeurs, les clashes entre Katy Perry et Taylor Swift ou similaires, les amours en coulisses de Koh Lanta et autres reality shows.

Dans la catégorie « Beaux Mariages Princiers », j’attribue sans hésiter le César de la meilleure narration à la délicieuse enquête d’investigation de Stéphane Bern et Yann Bernard Guilbaud pour le Figaro Madame en date du 25 juillet. C’est richement documenté, cela pétille de malice millésimée Billecart-Salmon quand il faut. Saviez-vous  que Pierre est déjà un homme d’affaires très avisé et que Béatrice porte à gauche ? Encore bravo messieurs, je vous laisse remercier monsieur Serge D. et vos lecteurs, sans lesquels tout cela n’aurait pas été possible.

Savourez votre lecture, laissez fondre avant de retourner à la Grèce et au FMI, au prix de la viande et du lait, à la xylella fastidiosa et aux oliviers corses, au dopage dans le cyclisme et dans la politique, etc.

Share

Julian Assange :  » On croule sous les informations »

Assange

SPIEGEL Interview with Julian Assange: ‘We Are Drowning in Material’

(…)

Assange: The US government is pursuing five different types of charges against me. I don’t know how many charges altogether, but five types of charges: espionage, conspiracy to commit espionage, computer fraud and abuse, theft of secrets and general conspiracy. Even if there were only one charge of each type, which there wouldn’t be, that would be 45 years, and the Espionage Act has life imprisonment and death penalty provisions as well. So it would be absurd for me to worry about the consequences of our next publication. Saudi officials came out after we started publishing the Saudi cables and said that spreading and publishing government information carries a penalty of 20 years in prison. Only 20 years! So if it’s a choice between being extradited to Saudi Arabia or the US, then I should go to Saudi Arabia, a land famous for its judicial moderation.

(…)

Assange: Until the 1980s, computers were big machines designed for the military or scientists, but then the personal computers were developed and companies had to start rebranding them as machines that were helpful for individual human beings. Organizations like Google, whose business model is « voluntary » mass surveillance, appear to be giving it away for free. Free e-mail, free search, etc. Therefore it seems that they’re not a corporation, because corporations don’t do things for free. It falsely seems like they are part of civil society.

SPIEGEL : And they shape the thinking of billions of users?

Assange: They are also exporting a specific mindset of culture. You can use the old term of « cultural imperialism » or call it the « Disneylandization » of the Internet. Maybe « digital colonization » is the best terminology.

SPIEGEL: What does this « colonization » look like?

Assange: These corporations establish new societal rules about what activities are permitted and what information can be transmitted. Right down to how much nipple you can show. Down to really basic matters, which are normally a function of public debate and parliaments making laws. Once something becomes sufficiently controversial, it’s banned by these organizations. Or, even if it is not so controversial, but it affects the interests that they’re close to, then it’s banned or partially banned or just not promoted.

SPIEGEL: So in the long run, cultural diversity is endangered?

Assange: The long-term effect is a tendency towards conformity, because controversy is eliminated. An American mindset is being fostered and spread to the rest of the world because they find this mindset to be uncontroversial among themselves. That is literally a type of digital colonialism; non-US cultures are being colonized by a mindset of what is tolerable to the staff and investors of a few Silicon Valley companies. The cultural standard of what is a taboo and what is not becomes a US standard, where US exceptionalism is uncontroversial.

(…)

Share

Short of a conspiracy theory ? You can always blame the Jews. David Baddiel in The Guardian.

classified-top-secret(*) Conspiracy theory, I said in my last standup show, is how idiots get to feel like intellectuals.  I still believe this : conspiracy theory is primarily a way for people, mainly men, to appear in the know, to use their collection of assumptions, generalisations, straw men and false inferences to say, effectively: ah, the wool may have been pulled over your eyes, my friend, but not mine. More here in The Guardian.

* C’est tellement bien que je propose la traduction suivante : «  La théorie du complot c’est le truc qui permet à un con de se prendre pour un intellectuel. Je suis convaincu que la théorie du complot c’est avant tout un moyen pour des gens, essentiellement des hommes, de se donner l’air d’être introduit dans le secret des dieux, de rassembler des suppositions fumeuses, des généralisations abusives, des arguments spécieux et des déductions oiseuses pour se payer le luxe de diffuser autour d’eux :  » Vous vous laissez mener en bateau les gars. A moi on ne la fait pas. »

(…) Our culture moves very fast now. When complicated and troubling events happen, easy answers are quickly sought and provided. There is an American standup I once saw whose first line went: I blame the Jews – it’s quicker that way. (…)

Share

Un visage emblématique pour les jeunes victimes invisibles de Suruc..

suruc-sehit-1-e1437447379590

Dans l’attentat suicide du centre culturel de Suruç  perpétré par Daesh le 20 juillet, 31 jeunes socialistes turcs et kurdes qui voulaient participer à la reconstruction de Kobanê en Syrie ont perdu la vie. Sur cette photo ont peut voir une des victimes, Hatice Ezgi Saadet (à gauche, en pull blanc, sur la photo) sur un selfie pris par son amie au premier plan.

De façon surprenante, un juge turc a interdit ce mercredi la diffusion sur les sites internet et les réseaux sociaux des photos et des vidéos de l’attentat suicide. «Une décision de justice interdit les accès aux images de l’attaque sur Twitter», indique un responsable turc sous couvert de l’anonymat. La justice turque estime sans doute qu’ils doivent rester des ombres et qu’il ne faut pas leur donner de visages.

Share

You don’t say ! L’eusses-tu cru ?

3141Le roi Edward VIII après avoir abdiqué en 1936, n’a jamais caché sa sympathie pour le Führer dont il aimait dire jusqu’à sa mort en 1970 que « ce n’était pas un mauvais bougre ».

Ici, en 1933 ou 1934, avec la reine mère Elisabeth qui donne l’exemple, il s’amuse à enseigner la salut nazi à la future reine Elisabeth II et à sa soeur, la princesse Margaret. C’était tellement marrant, que ce fut filmé.

Commentaire royal :  » Buckingham Palace said in a statement that it was “disappointing” the film – shot eight decades ago – had been “exploited”, while questions have been raised over how the newspaper obtained the clip, which is apparently from the monarch’s personal family archive.

Share

« L’orgueil ne veut pas de devoir, et l’amour-propre ne veut pas payer ». La Rochefoucauld

Je me retiens depuis des jours et des jours, mais ça s’accumule et là, je sens que je vais me lâcher à propos de la Grèce. Âmes sensibles et coeurs fragiles vous voilà prévenus.

Je n’en peux plus de lire quotidiennement et d’entendre en boucle : « Les Grecs se sentent humiliés », … Il ne faut pas humilier les Grecs, … Ce qui prédomine en Grèce, c’est un sentiment d’humiliation, … Les Grecs sont un peuple fier, alors ils ne le montrent pas, mais aujourd’hui ils se sentent humiliés… etc. », c’était  Angélique Kourounis (ou sa cousine Hermione)  en direct d’Athènes, etc….

Ils se sentent humiliés les Grecs, parce que ces malheureux feraient les frais de tous les dysfonctionnements de l’Europe et du Grand Capital. Humiliés les Grecs,  victimes de l’Allemagne bien entendu, l’Allemagne toujours menée d’une main gantée de fer par la tortionnaire Merkel, avilis et foulés aux pieds les Grecs par les sinistres puissances obscures de la Finance Internationale au-dessus desquelles planent les vautours de l’austérité emmenés par la sombre et ascétique Lagarde, les inféodés à la banque, les affameurs de peuples, au premier rang desquels figure, triste sire, le libéral-démocrate- mais si peu, François Hollande, etc.

Pauvres Grecs, plaignez la Grèce. Plaignez les pâtres, leurs agnelets et les maigres petites chèvres !

On nous le ressasse sans cesse. Offensés ils sont  les Grecs, vexés, blessés, mortifiés et même outragés, vous dis-je, car avec les Grecs, si on parle d’honneur bafoué, c’est forcément une tragédie.

Mais et leur amour-propre ?

img_6488Comment se fait-il qu’ils ne se sentent pas humiliés par les cascades de gouvernements corrompus et incapables qu’ils ont démocratiquement élus  en toute connaissance de cause pendant des décennies ? Des gouvernements dont la principale mission, si ce n’était la seule, était d’obtenir des subsides, des financements, des emprunts, bref d’aller chercher du pognon à l’étranger pour que le pays continue à se la couler douce grâce à de généreux mécènes.

Alors oui, côté Nord, il aurait fallu être beaucoup plus regardant au lieu de laisser si facilement une place  de choix sur notre canapé à ce pays-Tanguy qui a aussitôt posé les pieds sur la table et commandé des pizzas à la féta  et des bidons d’Ouzo avec la carte de crédit toute neuve qu’on venait inconsidérément  de lui donner avec l’ouverture de son compte en Euros.

Comment se fait-il qu’ils ne se sentent pas humiliés les Grecs par leur fausse naïveté d’avoir cru que la Grèce réussirait là où Madoff a échoué : je rembourse au fur et à mesure en empruntant davantage et viendra un moment où la dette sera tellement énorme qu’elle disparaîtra sous son propre poids, elle s’enterrera toute seule. Comme Obama a été contraint de  sauver les banques pourries  (Too big to fail), l’Europe et le FMI devront forcément sauver la Grèce. Fin de la dette Grecque. Y a  qu’à.

Pourquoi ne sentent-ils pas humiliés quand le monde découvre que 40% des salariés grecs sont des fonctionnaires (contre 25% en France et c’est déjà écrasant parait-il…), que l’écrasante majorité des dentistes, avocats, comptables et autres professions libérales, est endettée très largement au-dessus de ce que leurs gains imposables leur permettraient raisonnablement d’emprunter et donc de rembourser, ce qui signifie que les banques prêteuses connaissent leurs revenus réels et leur patrimoine véritable, dont le fisc lui n’a pas la moindre idée. Et tous les jours on découvre une nouvelle combine, une nouvelle arnaque qui fait passer les napolitains pour des enfants de choeur. Les plaques Bulgares, les achats massifs de Mercedes pour vider ses comptes en banques, etc… C’est sûr, c’est plus dur pour les plus pauvres, mais je les soupçonne d’avoir joué la carte des riches pour obtenir de plus grosses miettes.

Je serais Grec, je serais humilié d’avoir élu un type comme Tsipras sur un programme digne d’Arlette Laguiller et de le voir revenir le bec enfariné 6 mois plus tard, sans pantalon, ni ceinture, ni bretelles mais toujours prêt à conduire le pays. Je serais honteux de voir qu’en 6 mois de gouvernement il n’a strictement rien fait de marquant pour le pays, un référendum politicien et inutile, c’est tout. Pas de programme de réformes, pas de hausse d’impôts pour les plus fortunés, pas de rapatriement de capitaux depuis l’étranger… Rien, uniquement de la négociation sur le remboursement de la dette par d’autres dettes en lâchant à chaque fois plus de lest. Pas la moindre idée de développement économique du pays. Aujourd’hui les Grecs sont humiliés que l’on veuille penser et organiser leur bordel à leur place. « C’est Ma porcherie  » grogne le cochon humilié d’Augias qui n’a pas vu le camion du charcutier chinois garé de l’autre côté du mur.

La Grèce se cherche un riche mécène parce qu’elle est une oeuvre d’art. Voilà.

Je serais humilié d’avoir cru un seul instant que la Grèce pourrait se la jouer révolution « Syrizo-bolivaro-héllénique » façon Chavez 1er au nez et à la barbe de l’UE, alors que les malheureux Vénézuéliens qui ne se déclarent pas humiliés pour autant, ne trouvent plus de papier hygiénique depuis des mois, sans parler de tout le reste de l’essentiel qui manque depuis des années, tout en disposant des 4e réserves mondiales de pétrole. Bien entendu, là aussi je suppose, des dirigeants politiques compétents, clairvoyants et intègres sont victimes des machinations épouvantables des américains, du FMI, etc.  « C’est pas ma faute, ils font rien qu’à m’empêcher de gouverner comme je voudrais… »

Je serais humilié d’être montré partout dans le monde en train de faire la manche, pendant que les Portugais et les Espagnols qui subissent depuis déjà des années des temps extrêmement durs, protestent dignement, mais ne jouent pas les fausses vierges à la recherche d’un vieux monsieur généreux. Je serais humilié de constater que parmi les plus réticents à payer mon ardoise se trouvent justement les Portugais et les Espagnols qui remboursent précisément la leur.

Oui, l’économie est libérale et mondialisée. Quelle nouvelle ! Oui, pour obtenir du crédit il faut être crédible. Non, les Grecs globalement ne sont pas crédibles. Je ne leur confie pas mes économies.  La Grèce est accro au crédit comme d’autres à la méthadone. Il n’y a pas de sevrage facile. Effacer tout ou partie de la dette peut-être, mais cela ne construit rien pour l’avenir.

Je ne suis ni un économiste (quelle chance !) ni un politique en vue, je ne suis pas un expert comme on en voit à la télé, on peut facilement m’assommer de considérations savantes qui tendent à prouver qu’il faut absolument…. parce que fondamentalement la solution pour que l’Europe s’en sorte… et que la Grèce…..etc.

Quand ma baignoire fuit plus vite qu’elle ne se remplit, au moins je ferme le robinet.

Share

INCITATION A LA MEDITATION REBELLE

cover for webJe ne suis ni thérapeute, ni psychiatre, ni psychanalyste, ni psychologue, ni sophrologue,
ni kiné, ni coach, ni mage, ni sage, ni Yoda, ni gourou, ni bonze, ni chauve, ni barbu.
Je n’organise pas de stages en Californie ni de retraites dans les Cévennes.
Je ne produis ni miel, ni fromage biologique.
Je ne suis pas végétarien et à peine écologiste.
Je ne compte pas utiliser les recettes de ce livre pour partir au Tibet à vélo.

Ce qui m’a poussé à écrire, c’est l’exploitation sans scrupule de nos angoisses et frustrations par un marketing omniprésent du développement personnel et la marchandisation à toutes les sauces de la méditation.

Un jour, la méditation s’est présentée une fois de plus devant moi ; au lieu de me détourner je l’ai regardée en face et je lui ai dit :  – Ma vieille, je vais t’ouvrir le ventre et on va voir si c’est du lard ou du cochon !

J’ai découvert que contrairement aux idées reçues, dans sa forme la plus radicale et la plus simple, la méditation n’est pas une compresse ésotérique conduisant à se retirer sur un rocher au bord du fleuve de l’existence, ce n’est ni une prérogative du yoga, ni une thérapie pour gérer son stress.

La méditation est insoumission.

La méditation est subversive car elle incite à se transformer pour devenir son propre maître et tracer sa propre voie. La méditation est  une hygiène mentale universelle.

Incitation à la méditation rebelle est le récit de cette découverte :
l’étude, le décapage, la transformation, l’adaptation à ma convenance et désormais la pratique régulière en solitaire, d’une forme de méditation primordiale, cent pour cent profane, sans additif mystique, conservateur divin ou colorant religieux.

De la méditation brute, du non-coupé, non-trafiqué, de la méditation à l’ancienne, de la méditation équitable de petit producteur.

Brossez-vous les neurones !
A bon entendeur, salut.

P.S. 1 : Oui, on ne le trouve que sur Amazon.

P.S. 2 : Oui, vous avez parfaitement le droit de passer l’info à votre voisin.

Share