– Allume le jazz, il n’y a rien à la télé.

kiss meDans l’impasse humide et sombre, un escalier d’incendie projette son saxophone sur le mur de briques rouges. Un rideau déchiré flotte. Des pigeons s’affolent. Une plume tombe en tourbillonnant. La fenêtre ouverte crache un interminable solo de trompette. Un Fedora cabossé roule dans la sciure jusqu’aux brogues bicolores d’un long type en imperméable mastic. De l’autre côté de la rue, personne, mais un mégot fume encore. Un rat se méfie.

– L’asphalte est toujours chaud quand la ville dort.

– Monte le son, je veux entendre tous les petits machins du percussionniste.

La voix d’Orson le boiteux traverse la frontière (mais est-ce bien lui ?). Tandis qu’un train de marchandises fait trembler tout l’hôtel, quelqu’un insiste de l’autre côté de la porte de la chambre du motel. Qui est cette femme ?Great Flam

– Parfois, je suis Sam Spade, parfois je suis Marlowe. Jamais Gravedigger.

– Est-ce Ben Webster sur le canal de droite ou bien est-ce Coleman Hawkins ?

Sur la corniche en travaux, le piano vient de rattraper la décapotable. La voix évanescente de la chanteuse poudrée de blanche plane déjà au-dessus de la rambarde explosée. Desafina…

Le cinéma n’est qu’un mensonge qui dit parfois la vérité.

– Et le jazz ?

– Le jazz ne ment jamais, mais il aime raconter des histoires.

– Elle s’appelle miss Wonderly, elle voudrait vous voir à propos d’une affaire de faucon.

Sur la coiffeuse, luit le métal bleuté d’un petit automatique à crosse d’ivoire de la côte ouest. Un miroir brisé se réfléchit dans un miroir intact. Au rouge à lèvres on peut lire : Rita H.

– Il vaudrait mieux appeler la police.

-The-Lady-from-ShanghaiTrop tard, enlacés sur le parquet, Mojo et Juju, l’homme en smoking et la danseuse ensanglantée disparaissent sous un épais tapis de congas. Les draps ont glissé du lit endormi. Sale nuit.

– Rosebud Powell n’est pas une marque de bière !

– Tu as vu la Fleetwood garée devant le bar de Cosmo Vitelli ?

Pour une fois que les trottoirs ne sont pas mouillés et que les néons ne se reflètent pas dans les carrosseries, on ne va pas en faire un plan !

murder my sweet– Prenez garde commissaire, vous avancez dans le noir et dans une minute quarante trois secondes ce sera la fin de la face b.

Qui dira pourquoi il n‘y a jamais rien à manger à l’aube pour le chat du détective ?

Share

Summa cum laude * ! Misty Green. 1968 Norton Commando by Fuller Moto.

* avec la plus haute louange et même bouche-bée car les autres créations mécaniques de Fuller Moto (Atlanta, Georgia) ne laissaient certainement pas présager de quelque chose d’aussi épuré, élégant et… enfin de sublime, osons le mot. Il faut croire que Bryan Fuller a été touché par la grâce, ou quelque chose comme ça. Plus de photos sur le site de Fuller Moto « Adventures in metal ». (Cliquer sur les images pour agrandir).

Norton 4

norton-commando-750-5  Norton 3 Norton 2_2048x2048 Norton 1_2048x2048

 

Share

Cinq nouveaux partis pour y voir plus clair.

Ayant de plus en plus de mal à distinguer les partis de droite des partis de gauche, les idées (?) de la droite, des idées (?) de la gauche et redoutant la phase terrible de la comparaison des programmes en vue des présidentielles de 2017,  je propose la création de 5 nouveaux partis dont les noms à eux seuls peuvent tenir lieu de programme.

– Les Nationaux Populistes

– Les  Républicains Réformateurs Libéraux.

– Les Equilibristes  Disponibles (Réformateurs)

– Les Réformateurs Démocrates Sociaux

– Les Agités Sectaires

Share

Propos de table.

Jiro Ono, 90 ans aux cerises, est le premier chef d’un restaurant de sushis le Sukiyabashi Jiro de Tokyo à avoir reçu 3 étoiles Michelin. Il est  déclaré Trésor National au Japon et légende vivante pour le reste du monde. René Redzepi, 38 ans aux premières fraises, est le chef du Noma à Copenhague, 2 étoiles Michelin, jugé le meilleur restaurant du monde par le magazine Restaurant.

Thanks to Kottke for the link.

https://youtu.be/qtKMmYJtWyw

Share

Bientôt sur votre écran : Sharkansas Women’s Prison Massacre (2015)

Les américains, c’est les plus forts. Vous me faites rigoler avec Luc Besson. En 4 mots bien choisis le producteur et le réalisateur vous promettent 90 minutes de fesse lascive, de violence brute,  du requin impitoyable et monstrueux jailli du centre de la terre ! Vivement que ça sorte !

Share

Ciao Maspero.

librairie-JdeLire« Maspé… et la Librairie La Joie de Lire rue Saint Séverin.

Maspéro est une figure indissociable de ma vie d’étudiant.  Contrairement à beaucoup qui osaient massivement abuser de l’impunité de principe en vigueur à la Joie de Lire, et mettaient la librairie en danger, je n’ai jamais volé chez Maspéro.

Divergences de vue peut-être, mais respect total assurément !

“ Le devoir de mémoire a ses pièges. La mémoire doit être un instrument de réflexion pas de légitimation. Sinon, il y a détournement dʼhéritage. ” François Maspero

Share

Adios Daevid Allen. Camembert Electrique (1971) Full Album

David AllenJ’ai complètement zappé la disparition le 17 mars de Daevid Allen le fondateur de Gong. Je n’oublierai jamais un certain concert en soutien aux Black Panthers emprisonnés, fin 1970  à la Mutualité bourrée à craquer, concert où figurait Gong  ( Fuck me, I was already there !).

Pour donner une indication de l’ambiance, il y avait également L’Art Ensemble de Chicago (+ ici) au sommet de sa forme, Nana Vasconcelos et son berimbau, mais aussi, si je ne m’abuse,  Brigitte Fontaine et Areski, entre autres musiciens exceptionnels réunis par le label « Il y a des années où l’on a envie de ne rien faire » Saravah  de Pierre Barouh.

Daevid Allen n’était pas un hippie, c’était un rêveur visionnaire, un poète, un musicien inspiré et un type formidable. Daevid est donc retourné sur la planète Gong, nous avons eu beaucoup de chance qu’il s’arrête quelque temps sur la planète terre.

Share