Juin 1967- Juin 2017. Triste anniversaire.

Je sens que je vais me faire des amis.

1967-2017. Cela fait donc 50 ans.

Qui n’a pas vu les images spectaculaires devenues légendaires et même mythiques pour beaucoup  de la victoire éclair d’Israël dans la Guerre des Six-jours ?

Photo Gilles Caron

Voilà l’origine des fameuses frontières de 1967 encore évoquées 50 ans plus tard comme base de négociation pour de la création d’état palestinien qui tel l’horizon plus on essaie de s’en approcher plus il s’éloigne.

1967-2017, mis à part le désert du Néguev restitué à l’Égypte et la bande de Gaza évacuée, la Cisjordanie elle, est toujours occupée. Les gouvernements israéliens et les résolutions internationales passent, mais la colonisation continue de façon ininterrompue (400 000 colons recensés en 2014).

1967-2017. Il y a sans doute matière à célébrer pour ceux qui estiment avoir quelque chose à fêter mais il y a aussi matière à mémoire douloureuse pour ceux, de part et d’autre des checkpoints, qui espèrent encore qu’un accord, un jour, permettra au moins à leurs enfants de vivre sereinement avec leurs voisins en pensant à autre chose.

Bien que cela me sera de toute façon reproché, je soumets tout de même une carte, une carte recherchée avec beaucoup de prudence pour ne pas être suspectée de complaisance avec « l’adversaire ». C’est une carte des restrictions d’accès  appliquées aux territoires occupés, établie par Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA). J’entends déjà les protestations sur le manque évident d’objectivité de ce bureau, et des Nations-Unies en général, etc. Qu’importe, une carte donc que voici.

En téléchargeant ce fichier qui est en .pdf  West_Bank_Access_Restrictions, vous pourrez l’agrandir de façon importante et vous retrouverez en détails, le mur, les limites des colonies, telles qu’en 2014, et bien d’autres informations utiles et importantes. La carte comme souvent parle d’elle-même, donc regardez-la attentivement et no comment.
1967-2017. A l’occasion de ce 50e anniversaire, Harper Collins publie sous la direction de Ayelet Waldman et Michael Chabon (Prix Pulitzer 2016), KINGDOM OF OLIVES AND ASH, (Un royaume d’olives et de cendres) un formidable recueil de témoignages d’écrivains de tous horizons à propos de leurs rencontres en Cisjordanie et de leur expérience de ce qu’est la vie quotidienne dans les territoires occupés.
L’ouvrage a été réalisés avec le concours de l’organisation non-gouvernementale israélienne BREAKING THE SILENCE, association de vétérans de l’armée israélienne qui diffuse de façon anonyme les témoignages des expériences vécues par des soldats dans les territoires occupés afin de rompre le mur de silence entourant ce sujet en Israël.
Parmi les auteurs figurent : Michael Chabon (USA), Mario Vargas Llosa (Peru), Maylis de  Kérangal (France), Colum McCann (Irlande) etc.

En p.j., téléchargeable illico, en .pdf, à l’œil, mais toujours en anglais, le superbe récit de Michael Chabon : The Tallest Man in Ramallah.

Share

Auteur : L'homme à la cloche

"La question que les temps veules posent est bien: qu'est-ce qui résiste? Qu'est-ce qui résiste au marché, aux médias, à la peur, au cynisme, à la bêtise, à l'indignité?" Serge Daney

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires protégés par WP-SpamShield Anti-Spam