A poem. By Layli Long Soldier

Layli Long Soldier

Ma traduction personnelle de ce poème en français figure plus bas après l’original en anglais.


Here, the sentence will be respected.

I will compose each sentence with care by minding what the rules of writing dictate.

For example, all sentences will begin with capital letters.

Likewise, the history of the sentence will be honored by ending each one with appropriate punctuation such as a period or question mark, thus bringing the idea to (momentary) completion.

You may like to know, I do not consider this a “creative piece.”

In other words, I do not regard this as a poem of great imagination or a work of fiction.

Also, historical events will not be dramatized for an interesting read.

Therefore, I feel most responsible to the orderly sentence; conveyor of thought.

That said, I will begin:

You may or may not have heard about the Dakota 38.

If this is the first time you’ve heard of it, you might wonder, “What is the Dakota 38?”

The Dakota 38 refers to thirty-eight Dakota men who were executed by hanging, under orders from President Abraham Lincoln.

To date, this is the largest “legal” mass execution in U.S. history.

The hanging took place on December 26th, 1862—the day after Christmas.

This was the same week that President Lincoln signed The Emancipation Proclamation.

In the preceding sentence, I italicize “same week” for emphasis.

There was a movie titled Lincoln about the presidency of Abraham Lincoln.

The signing of The Emancipation Proclamation was included in the film Lincoln; the hanging of the Dakota 38 was not.

In any case, you might be asking, “Why were thirty-eight Dakota men hung?”

As a side note, the past tense of hang is hung, but when referring to the capital punishment of hanging, the correct tense is hanged.

So it’s possible that you’re asking, “Why were thirty-eight Dakota men hanged?”

They were hanged for The Sioux Uprising.

I want to tell you about The Sioux Uprising, but I don’t know where to begin.

I may jump around and details will not unfold in chronological order.

Keep in mind, I am not a historian.

So I will recount facts as best as I can, given limited resources and understanding.

Before Minnesota was a state, the Minnesota region, generally speaking, was the traditional homeland for Dakota, Anishnaabeg and Ho-Chunk people.

During the 1800s, when the U.S. expanded territory, they “purchased” land from the Dakota people as well as the other tribes.

But another way to understand that sort of “purchase” is: Dakota leaders ceded land to the U.S. Government in exchange for money and goods, but most importantly, the safety of their people.

Some say that Dakota leaders did not understand the terms they were entering, or they never would have agreed.

Even others call the entire negotiation, “trickery.”

But to make whatever-it-was official and binding, the U. S. Government drew up an initial treaty.

This treaty was later replaced by another (more convenient) treaty, and then another.

I’ve had difficulty unraveling the terms of these treaties, given the legal speak and congressional language.

As treaties were abrogated (broken) and new treaties were drafted, one after another, the new treaties often referenced old defunct treaties and it is a muddy, switchback trail to follow.

Although I often feel lost on this trail, I know I am not alone.

However, as best as I can put the facts together, in 1851, Dakota territory was contained to a 12-mile by 150-mile long strip along the Minnesota river.

But just seven years later, in 1858, the northern portion was ceded (taken) and the southern portion was (conveniently) allotted, which reduced Dakota land to a stark 10-mile tract.

These amended and broken treaties are often referred to as The Minnesota Treaties.

The word Minnesota comes from mni which means water; sota which means turbid.

Synonyms for turbid include muddy, unclear, cloudy, confused and smoky.

Everything is in the language we use.

For example, a treaty is, essentially, a contract between two sovereign nations.

The U.S. treaties with the Dakota Nation were legal contracts that promised money.

It could be said, this money was payment for the land the Dakota ceded; for living within assigned boundaries (a reservation); and for relinquishing rights to their vast hunting territory which, in turn, made Dakota people dependent on other means to survive: money.

The previous sentence is circular, which is akin to so many aspects of history.

As you may have guessed by now, the money promised in the turbid treaties did not make it into the hands of Dakota people.

In addition, local government traders would not offer credit to “Indians” to purchase food or goods.

Without money, store credit or rights to hunt beyond their 10-mile tract of land, Dakota people began to starve.

The Dakota people were starving.

The Dakota people starved.

In the preceding sentence, the word “starved” does not need italics for emphasis.

One should read, “The Dakota people starved,” as a straightforward and plainly stated fact.

As a result—and without other options but to continue to starve—Dakota people retaliated.

Dakota warriors organized, struck out and killed settlers and traders.

This revolt is called The Sioux Uprising.

Eventually, the U.S. Cavalry came to Minnesota to confront the Uprising.

Over one thousand Dakota people were sent to prison.

As already mentioned, thirty-eight Dakota men were subsequently hanged.

After the hanging, those one thousand Dakota prisoners were released.

However, as further consequence, what remained of Dakota territory in Minnesota was dissolved (stolen).

The Dakota people had no land to return to.

This means they were exiled.

Homeless, the Dakota people of Mnisota were relocated (forced) onto reservations in South Dakota and Nebraska.

Now, every year, a group called the The Dakota 38 + 2 Riders conduct a memorial horse ride from Lower Brule, South Dakota to Mankato, Minnesota.

The Memorial Riders travel 325 miles on horseback for eighteen days, sometimes through sub-zero blizzards.

They conclude their journey on December 26th, the day of the hanging.

Memorials help focus our memory on particular people or events.

Often, memorials come in the forms of plaques, statues or gravestones.

The memorial for the Dakota 38 is not an object inscribed with words, but an act.

Yet, I started this piece (which I do not consider a poem or work of fiction) because I was interested in writing about grasses.

So, there is one other event to include, although it’s not in chronological order and we must backtrack a little.

When the Dakota people were starving, as you may remember, government traders would not extend store credit to “Indians.”

One trader named Andrew Myrick is famous for his refusal to provide credit to Dakotas by saying, “If they are hungry, let them eat grass.”

There are variations of Myrick’s words, but they are all something to that effect.

When settlers and traders were killed during the Sioux Uprising, one of the first to be executed by the Dakota was Andrew Myrick.

When Myrick’s body was found,

his mouth was stuffed with grass.

I am inclined to call this act by the Dakota warriors a poem.

There’s irony in their poem.

There was no text.

“Real” poems do not “really” require words.

I have italicized the previous sentence to indicate inner dialogue; a revealing moment.

But, on second thought, the particular words “Let them eat grass,” click the gears of the poem into place.

So, we could also say, language and word choice are crucial to the poem’s work.

Things are circling back again.

Sometimes, when in a circle, if I wish to exit, I must leap.

And let the body                                          swing.

From the platform.


to the grasses

Stolen from : MUD CITY JOURNAL



Ici, on respectera la phrase.

Je composerai chaque phrase avec attention en respectant ce que les règles de l’écriture exigent.

Par exemple, toutes les phrases commenceront par une majuscule.

De même, le contenu de chaque phrase sera honoré par une ponctuation appropriée, telle qu’un point ou un point d’interrogation, afin d’amener chaque idée à sa conclusion (momentanée).

Il peut vous importer de savoir, que je ne considère pas ceci comme « une création ».

En d’autres termes, je ne considère pas ceci comme un poème à l’imaginaire très riche, ni même comme une œuvre de fiction.

D’ailleurs, les événements historiques évoqués ne seront pas dramatisés pour rendre la lecture plus intéressante.

Je me sens donc très responsable, de la juste ordonnance de mes phrases, vecteurs de mes pensées.

Ceci étant dit, je peux commencer :

Vous avez peut-être, ou peut-être pas, entendu parler des Dakota 38 ?

Si c’est la première fois que vous en entendez parler, vous vous demandez sans doute « C’est quoi les Dakota 38 ? »

Les Dakota 38 fait allusion aux trente-huit hommes de la tribu Dakota qui furent exécutés par pendaison sur ordre du Président Abraham Lincoln.

À la date d’aujourd’hui, cela reste la plus vaste exécution légale de masse de l’histoire des États-Unis.

La pendaison se déroula le 26 Décembre 1862 – le lendemain de Noël.

C’est durant cette même semaine que le Président Lincoln signa la Proclamation d’Émancipation[1].

Dans la phrase précédente, j’ai écrit même semaine en italique pour attirer l’attention.

Un film a été tourné à propos de la présidence d’Abraham Lincoln.

La signature de la Proclamation d’Émancipation figure dans le film Lincoln, la pendaison des Dakota 38 n’y figure pas.

De toute façon vous vous demandez peut-être  » Pourquoi ces trente-huit hommes Dakota ont-ils été pendus ? »

Notez, mais de façon secondaire, que le participe passé du verbe pendre est « pendu », mais lorsqu’il est fait allusion à la condamnation à la peine capitale par pendaison, la formulation correcte est « pendu jusqu’à ce que mort s’en suive ».

Il se peut que vous vous interrogiez alors : « Pourquoi ces 38 hommes Dakota furent-ils pendus jusqu’à ce que mort s’en suive ? »

Ils furent pendus à cause du Soulèvement des Sioux.

Je veux vous parler du soulèvement des Sioux, mais je ne sais pas par où commencer.

Il se peut que je saute d’un fait à l’autre et que certains détails ne se situent pas parfaitement dans l’ordre chronologique.

Souvenez-vous que je ne suis pas historienne.

Je vous restituerai donc les faits de mon mieux, compte tenu de ma compréhension et de mes ressources limitées.

Avant que le Minnesota devienne un état, la région du Minnesota au sens large était la terre traditionnelle des peuples Dakota, Anishnaabeg et Ho-Chunk.

Durant les années 1800, quand les États-Unis entreprirent d’accroître leur territoire, ils « achetèrent » des terres à la Nation Dakota et à d’autres tribus.

Une autre façon de comprendre ce type « d’acquisition » est que les chefs Dakotas cédèrent ces terres au gouvernement des États-Unis en échange d’argent et de biens, mais plus important en échange de la sécurité pour leur peuple.

Certains disent que les chefs Dakotas ne comprenaient pas les clauses auxquelles ils se soumettaient car sinon ils n’auraient jamais signé.

D’autres prétendent même que toute cette négociation ne fut qu’une « escroquerie ».

Mais quoiqu’il en soit et pour que cela devienne officiel et contraignant, le gouvernement des États-Unis en fit un premier traité.

Ce premier traité fut ensuite remplacé par un second traité (plus confortable), puis par un autre.

J’ai eu du mal à démêler les clauses de ces traités à cause des termes juridiques compliqués et du jargon propre au Congrès.

Au fur et à mesure que ces traités étaient abrogés (rompus) et que de nouveaux traités étaient rédigés, ceux-ci faisaient souvent référence aux termes et conditions des précédents traités devenus caduques et c’est donc une piste embrouillée et boueuse qu’il faut tenter de suivre.

Bien que je me sois sentie souvent perdue sur cette piste, je sais que je ne suis pas la seule.

Néanmoins, en rassemblant les faits de mon mieux il demeure qu’en 1851 le territoire des Dakotas représentait un ruban de 19 kilomètres de large sur 240 kilomètres de long, suivant le cours de la rivière Minnesota.

Mais sept ans plus tard, en 1858 la partie Nord fut cédée (prise) et la partie Sud fut (judicieusement) allouée, ce qui réduisit le territoire des Dakota à un lopin de terre d’à peine 16 kilomètres de long.

Ces traités, amendés (rompus) sont souvent appelés les Traités du Minnesota.

Le mot Minnesota vient de mni qui signifie eau et de sota qui veut dire trouble.

Parmi les synonymes de trouble, on trouve vaseux, flou, nébuleux, confus, fumeux.

Tout se trouve dans la langue que nous employons.

Par exemple, un traité de fait est un contrat passé entre deux nations souveraines.

Les contrats des États-Unis avec la Nation Dakota étaient des contrats légaux qui promettaient de l’argent.

On pourrait dire que cet argent était un paiement en échange de terres cédées par la Nation Dakota, de son acceptation de vivre à l’intérieur de limites fixées (dans une réserve) et pour la renonciation à ses vastes territoires de chasse; désormais les Dakotas devenaient dépendants d’autres ressources pour survivre : l’argent.

La phrase précédente forme une boucle ce qui est comparable à bien des aspects de l’histoire.

Comme vous l’avez déjà deviné, l’argent promis par ces traités troubles n’est jamais parvenu jusqu’aux Dakotas.

Ajoutons que sur le terrain les marchands des comptoirs n’accordèrent aucun crédit aux « Indiens » pour acheter de la nourriture ou des marchandises.

Sans argent, sans crédit, sans droits de chasse en dehors de leur lopin de 16 kilomètres, les Dakotas connurent la famine.

Les Dakotas moururent de faim.

Les Dakotas mourraient de faim.

Dans la phrase précédente, « mouraient de faim » n’a pas eu besoin d’être mis en avant par des italiques.

Le lecteur doit lire :  » Les Dakotas mouraient de faim » comme un fait incontestable et avéré.

C’est pourquoi –sans autre choix sinon la mort par famine- – la Nation Dakota a riposté.

Des bandes de guerriers Dakotas lancèrent des attaques, tuèrent des colons et des marchands des comptoirs.

Cette révolte est connue sous le nom de Soulèvement des Sioux.

Finalement, la cavalerie des États-Unis fut dépêchée dans le Minnesota pour réduire le Soulèvement.

Plus de mille Dakotas furent emprisonnés.

Comme déjà mentionné, trente-huit hommes Dakota furent subséquemment pendus.

Après la pendaison, les mille prisonniers Dakotas furent libérés.

Toutefois, en guise de sanction, ce qui restait du territoire de la Nation Dakota fut dissous (volé).

Les Dakotas n’avait plus de terre vers laquelle se tourner.

Ce qui veut dire qu’ils furent exilés.

Devenus errants, les Dakotas du Minnesota furent transférés (de force) dans les réserves du Dakota du Sud et du Nebraska.

Maintenant, chaque année, un groupe qui a pris le nom de « Dakota 38+2 Riders » entreprend à cheval le périple du souvenir de Lower Brule (Dakota du Sud) jusqu’à Manjato (Minnesota).

Les cavaliers du souvenir parcourent 550 km à cheval en dix-huit jours, souvent par des températures en dessous de zéro et en plein blizzard.

Ils achèvent leur voyage le 26 décembre, le jour de la pendaison.

La commémoration aide à fixer dans notre mémoire des gens et des événements.

Souvent les  commémorations prennent la forme de plaques, de statues ou de tombes.

La commémoration des Dakota 38 n’est pas une chose porteuse de mots, mais un acte.

D’ailleurs, j’ai commencé à écrire ceci (que je ne considère ni comme un poème, ni comme une fiction) parce que je voulais écrire sur l’herbe.

Il y a donc un autre événement que je dois raconter, mais comme ce n’est pas dans l’ordre chronologique, il faut revenir un peu en arrière.

Lorsque les Dakotas mourraient de faim, vous vous souvenez sans doute que les marchands des comptoirs gouvernementaux refusaient de faire crédit aux « Indiens ».

Un des marchands du nom d’Andrew Myrick  est devenu célèbre dans son refus de faire crédit aux Dakotas en s’écriant : « S’ils ont faim, qu’ils mangent de l’herbe. »

Il existe plusieurs versions de ce qu’il a dit exactement, mais c’est bien ça la teneur de ses propos.

Lorsque des colons et des marchands furent tués durant le Soulèvement des Sioux, l’un des tous premiers à être exécuté par les Dakotas fut Andrew Myrick.

Quand on trouva le corps d’Andrew Myrick,

sa bouche était remplie d’herbe.

J’ai tendance à considérer cet acte des guerriers Dakotas comme un poème.

Un poème ironique.

Sans aucun texte.

Les « vrais » poèmes n’ont pas « vraiment » besoin de mots.

J’ai mis en italique la phrase précédente pour indiquer un dialogue intérieur, un moment révélateur.

En y repensant, ce sont les mots précis « qu’ils mangent de l’herbe » qui ont déclenché l’écriture du poème.

On pourrait donc aussi bien dire que la langue et le choix des mots sont essentiels à l’écriture d’un poème.

Les choses se remettent en boucle.

Parfois quand je suis prise dans une boucle et que je souhaite en sortir, je saute.

et je laisse mon corps

se balancer


de la potence

jusqu’à l’herbe.


Layli Long Soldier

[1] La proclamation du président Lincoln concernant l’abolition de l’esclavage le 1er janvier 1863



A propos de l’attaque à Viry-Châtillon de deux véhicules de police à coups de cocktails Molotov par une bande de « sauvageons » selon le ministre de l’intérieur.

Résumé des faits. Essonne. Banlieue. Quartiers. Cités. Carrefour. Feu rouge. Multiplication de vols à la portière sur les véhicules à l’arrêt au feu. Pose d’une caméra de surveillance sur un mat. Multiplication des tentatives par des inconnus de neutralisation de cette caméra : charge de voiture bélier contre le mat, tentative d’incendie, etc. On comprend que la caméra dérange les activités d’une bande locale. Samedi 8 octobre, un véhicule police avec deux fonctionnaires, (un homme et une femme) est envoyé sur place pour surveiller cette caméra. Le véhicule est attaqué et incendié par une dizaine* de jeunes individus à coups de cocktail Molotov. Un second véhicule envoyé en renfort est également attaqué et incendié. Deux des policiers dont une femme sont lourdement brûlés sur 30% du corps, surtout au visage et aux mains. L’un des deux policiers a du être placé en coma artificiel.


Notre ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a déclaré lundi 10 sur RTL :  » les policiers (…) ont été confrontés à une bande de sauvageons (sic !) qui ont agi avec lâcheté et qui seront rattrapés ».

Céline Berthon (Syndicat des commissaires de la police nationale) déclare de sont côté : «Ces faits ne sont pas qu’une violence urbaine. Il s’agit d’une tentative d’assassinat en bande organisée. En France, cela vaut la réclusion criminelle à perpétuité.»

Le ministre devait avoir fumé du kif avant sa conférence de presse car il ne s’agit pas d’un simple jet de pavé dans la vitrine d’un magasin Darty, il s’agit d’une attaque délibérée et préméditée ayant pour objectif de faire bruler vif des policiers dans leur véhicule. Céline Berthon a pleinement raison.

Je me fous de ce que les 113 candidats à la présidence de la République ont ou vont déclarer à propos de cet événement.

Pour ma part je voudrais surtout rendre hommage aux policiers concernés qui dans une situation critique où leur vie était menacée N’ONT PAS FAIT USAGE DE LEURS ARMES contre leurs jeunes attaquants (Il semble évident que dans le groupe il y avait des mineurs).

Et ce n’est pas la première fois que dans des situations incontestables de légitime défense, des policiers français maitrisent avec beaucoup de sang-froid l’usage des armes dont ils disposent.

La différence est aveuglante avec la police américaine pour ne citer qu’elle. La Grande Borne à Viry-Chatillon ce n’est pas encore Fergusson (Missouri).


Ce n’est pas fréquent chez moi, mais je tiens à témoigner de mon admiration, de ma solidarité et de mon respect pour les policiers impliqués dans cette attaque qui aurait facilement pu tourner au carnage d’abord et à l’émeute ensuite.

Je comprends la difficulté et les dangers de la cohabitation imposée sur le même territoire avec ce type de gangs, mais Je m’interroge tout de même sur le silence de la population des cités voisines qui ne peut pas ignorer l’identité d’au moins certains des responsables. Garder le silence dans un tel contexte c’est lourd de sens. C’est capituler face aux gangs et ne plus avoir confiance dans la protection de la loi, c’est accepter de vivre dans une zone de non-droit. A un certain stade d’impuissance face à la plongée dans le banditisme ou vers le terrorisme, pour sauver malgré elle une jeunesse devenue irresponsable et incontrôlable, il ne reste plus que le signalement à l’autorité de l’état.

  • Mise à jour. Selon les enregistrements video, il semblerait que les attaquants aient été entre 20 et 30 !

La culture n’a pas d’identité.

couv_jullienLe philosophe François Jullien  publie à chaud  un opuscule consacré à un sujet brulant : le rapport culture et identité.

Un sujet comme on dit « au coeur du débat d’idées » et dont on n’a pas fini d’entendre parler dans le brillant contexte électoral français lequel illumine nos journées par un  feu d’artifice continu d’idées nouvelles, de propositions audacieuses, de visions d’avenir,  de considérations subtiles et de réformes généreuses.

Libération a publié récemment une interview de François Jullien qui illustre sa façon limpide d’envisager la revitalisation de nos cultures par l’exploitation et l’échange de nos ressources au lieu de les barricader derrière une ligne Maginot fantasmée.   Comme je partage tout à fait cette conception dynamique, je vous recommande non seulement la lecture de l’article, mais surtout l’acquisition de l’ouvrage.

Vous y découvrirez ce qui distingue l’universel de l’uniforme et du commun ; le leurre de l’identité fermée, la stérilité de la différence, la pauvreté dangereuse du semblable, la richesse infinie des ressources et la fécondité de l’écart et des mises en tension qui nourrissent les cultures.

100 pages. 7,50 €. Au prix de la page, vous avez certainement lu pire pour beaucoup plus cher.

Vient d’obtenir à l’unanimité le prestigieux Prix Boojum 2016 de Philosophie décerné par l’unique membre perpétuel de l’Académie Carrollienne de Boojumie.

J’fonce. (André Minvielle)

André Minvielle : Chanteur, batteur, scatteur, rappeur, rime-ailleurs, vocalchimiste de Gascogne. Parolier de l’ineffable « Flambée Montalbanaise » du génial Gus Viseur.


Petit, peut-on improviser sa vie en mêm’temps qu’vivre son improvisation ? (bis)

Petit, peut-on vivre sans improvisation ?

Pensable, est-ce ?

Pensa, Sancho…

Non mais, petit peut-on vivables certes, en quelque sorte, on improvis’tout l’temps, sans l’savoir, sans y penser, sans penser s’en passer en passant.

Il n’y a qu’un pas à le dire.

Le dire c’est le vivre, à l’instant je l’entends, ça va, ça vient de loin, ça sert de près, c’est frais, ça sourd, ça décap’ de fond en comble, c’est un comble ça remplit d’suite, c’est sans issue, c’est un essai, c’est imparfait, c’est à refaire.

Ca perd ces verres ou cadres, ça déborde par les ailes, ça zèle du désir. C’est autre chose que désert, des îles, des illusions, c’est pluriel en chair, c’est cher on y persévère.

Ca fout dans l’noir, ça panic hic et nunc à l’abordage; ça joue sans âge, ça s’engage, ça dégage, ça file des gages, des dettes, des rages de dents, des files d’attente, des chutes, des rechutes, des petits riens, des grands sauts dans l’inconnu, dans l’implacable, intarissable, c’est mouvant mourant courant giclant d’air en couchant bas ça tarabuste débusque décarcasse ce corps qui va suivre ses propres idées car « mon corps n’a pas les mêmes idées que moi » dixit Roland Barthes.

Au plaisir du prétexte, contenu contenant, y a toujours un manche, à défaut de poignées, d’amour, de porte, de clé, de sol, d’abstrait pour trait, concret ou dépassé.

Contractuel, réel, virtuel, sexuel, intellectuel, actuel et manuel, pas de manuscrit, pas de révélé, pas de … vérité… de télé… de regrets de panacée, assez c’est jamais gagné ni prêté, c’est à voler, c’est à prêter, à répéter avec ou sans partitions, sans additions, sans papiers, sans frontières c’est de toutes les couleurs, la vie nous en fait voir alors !

Nouvelle galette qui vient de sortir :vlcsnap-2016-09-16-23h16m20s229_1474060890

The kids are allright.

Les mineurs représentent 22% de la population française, mais seulement 9,5% des personnes impliquées dans des affaires pénales (chiffres 2013).

Les mineurs de 10-17 ans impliqués dans une affaire pénale représentent seulement 3,6% de la population des 10-17 ans (234 000 sur 6,5 millions, chiffres 2013).


« N’adhérez jamais » George Braque, « Désenlisez-vous de l’adhérence » François Jullien.

vivre-en-existantTrekking philosophique en altitude pour randonneurs chevronnés. Quelques passages abrupts et glissants en face Nord sollicitent toute l’attention vigilante du lecteur qui évitera d’attaquer ces pages entre chien et loup ou quand le neurone est au bord de la crampe.
Mais « à vaincre sans péril on triomphe sans gloire » (Le Cid, acte 2, scène 2) et comme toujours avec François Jullien, quelle satisfaction quand on est parvenu à la dernière page ! L’initié rajoutera avec profit EX-ISTER, et les paradigmes L’ESSOR / L’ETAL, L’AMORCE / LA RESORPTION et quelques autres. dans sa boite à ouvrage.






Plus léger, frais et fluide, presque poétique et émouvant mais non moins passionnant,  le tout récent opuscule (une centaine de pages) : « Près d’elle.  Présence opaque, présence intime », du même auteur très en verve.