Rapport et projet de décret relatifs à l’organisation générale de l’instruction publique. Marie-Jean-Antoine-Nicolas Caritat, marquis de Condorcet. Le 20 Avril 1792.

Condorcet-2(…) Ni la Constitution française ni même la Déclaration des droits ne seront présentées à aucune classe de citoyens, comme des tables descendues du ciel, qu’il faut adorer et croire. Leur enthousiasme ne sera point fondé sur les préjugés, sur les habitudes de l’enfance ; et on pourra leur dire : « Cette Déclaration des droits qui vous apprend à la fois ce que vous devez à la société et ce que vous êtes en droit d’exiger d’elle, cette Constitution que vous devez maintenir aux dépens de votre vie ne sont que le développement de ces principes simples, dictés par la nature et par la raison dont vous avez appris, dans vos premières années, à reconnaître l’éternelle vérité. Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, qui recevront leurs opinions d’une opinion étrangère, en vain toutes les chaînes auront été brisées, en vain ces opinions de commande seraient d’utiles vérités ; le genre humain n’en resterait pas moins partagé en deux classes, celle des hommes qui raisonnent et celle des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves.» (…)

Les cendres de Condorcet sont au Panthéon.

Michel Butor.

BUTORIllisible Butor ? Hermétique Butor ? Ringard Butor ? Surestimé Butor ? Foutaises, fadaises et balivernes ! Bien plus qu’un simple romancier du Nouveau Roman, qui n’en commit que 4 quand il avait 30 ans, tous devenus des classiques, puis surtout il passa à autre chose. Une conscience, un curieux, un insatiable, un boulimique, un poète, un voyageur, un aventurier, un chercheur, un écrivain compulsif (plus de 1 000 livres !), un grand ami des peintres et des musiciens, un vieux sage, un généreux, un très-loin-de-Paris. Un grand monsieur de la littérature française, Michel Butor !

Et dire qu’en ce moment même, il y en a de tous les sexes et de tous les genres qui pleurent, se lamentent, s’arrachent les extensions de cheveux, Huffingtonpostent à la mort et twittent à la lune, à cause de la perte irréparable de Sonia Rykiel, la dark fashion pythonisse, la plus germanopratine des mamies tricot, la diva erotica du 7e arrondissement ! Pincez-moi ou je me les mords !

TANGO

Faubourgs bavards

le long du fleuve

dont les eaux glissent

contre les briques

Paresseusement

avant et arrière

mais fougueusement

tourbillons d’écume

Un pas sur le côté

le remous virevolte

un paquet d’herbes enlacées

à des poutres d’épaves

Le bras sous l’aisselle

jupe contre pantalon

hanches ployées

jambe tendue

Lèvres amarante

parfum de cuir

thés et matés

peau de pampas

Yeux de palissandre

chevelures carbonisées

gerbes d’étincelles

dans la forêt des rails

Le chant qui se reprend

freine en glissant

dans le froissis des perles

et le martelé des éperons

Le menton du texte

sur l’épaule des images

les phalanges du trait

dans la paume des phrases.

Michel Butor

***

APRÈS MOI LA POUSSIÈRE.

Sorcière soigneuse

je dis mon adieu

à tous ces objets

que j’époussetais

avec mon cheval

à crins de nylon

sur lequel je vais

m’envoler laver

les tours et les nuages

les rues et les ombres

les yeux et les ongles

les reins et les coeurs.

Michel Butor

THE WHITE MAN IN THE PICTURE

griot-magazine-peter-norman-white-man-in-that-photo-black-power-salute-1024x1473

Alors que se terminent les J.O. de 2016, qui se souvient de Peter Norman, le sprinter australien médaille d’argent du 200 m au J.O. de Mexico en 1968  qui fut solidaire du geste de Tommie Smith et John Carlos et en paya également durement le prix ? Une belle histoire racontée par l’écrivain italien Riccardo Gazzaniga  traduite ICI en anglais.

Dans la nature, une espèce connue sur cinq est un coléoptère, végétaux compris.

Coléoptères du monde

Dans le monde vivant, une espèce sur cinq, règne végétal compris, est un coléoptère. Plus remarquable encore :  un animal sur quatre est un coléoptère. Une véritable encyclopédie, 600 espèces présentées sur les 400 000 recensées.  C’est un émerveillement à chaque page. Edition suisse d’un ouvrage canadien. Et tout ça ne coûte que 45 € dans les bonnes librairies et en ligne pour ceux qui n’ont pas de bon libraire.